Israël ouvre une ambassade au Rwanda, allié stratégique de l'État hébreu    Présidentielle au Nigeria : les électeurs appelés aux urnes dans un climat de tensions    Au Soudan, Omar el-Béchir déclare l'état d'urgence et limoge le gouvernement    Plusieurs milliers de personnes manifestent à Alger contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika    Le ministère français des armées annonce avoir tué l'un des chefs d'Aqmi    À Paris, la diaspora sénégalaise se prépare à la présidentielle    Au Sénégal, l'influence des confréries musulmanes sur la présidentielle (4/5)    Au Sénégal, l'opposition peine à exister (3/5)    En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne pense plus qu’à la présidentielle de 2020    Présidentielle au Sénégal : les candidats tentent de conquérir les internautes    En Ouganda, le président Yoweri Museveni en lice pour un sixième mandat    Au Sénégal, la jeunesse face à la montée d'un islam plus radical (2/5)    Deux policiers égyptiens tués dans une explosion au Caire    Au Sénégal, l’incompréhensible positionnement d’Abdoulaye Wade    En images : des Algériens dans la rue pour protester contre un 5e mandat de Bouteflika

Art & Culture

Crise au Burida/ Nahounou Paulin (Artiste) accuse : «Ils veulent chasser Mme Vieira afin de mettre la main sur 800 millions de F cfa»

Face aux attaques contre la Directrice du Burida, Mme Irène Vieira, un Collectif des Artistes pour la Paix au Burida (Capb) a décidé de donner de la voix. Pour le porte-parole de ce Collectif,  Tieffin Debohi Joseph, les accusations contre Mme Vieira sont une basse manœuvre du Président du Conseil d’Administration Séry Sylvain pour s’emparer du Burida. A en croire l’artiste, les attaques contre Mme Vieira ont commencé après son refus de doubler les indemnités des administrateurs, du Pca et de revoir à la hausse les jetons de présence... «Séry Sylvain veut à tous les prix la tête de Mme Vieira pour pouvoir se servir dans les caisses du Burida. Il veut à la place de l’actuelle directrice quelqu’un qui peut fermer les yeux sur les sorties d’argent et autres détournements. Le Pca doit déjà  21 millions de F cfa  aux artistes. Il veut en réalité ramener la maison des artistes en arrière. Là où avec les efforts du gouvernement et le travail remarquable de Mme Irène Vieira, nous avons pu hisser le Burida à la 3ème place au niveau Africain», a-t-il accusé. Selon Tieffin Debohi Joseph, le Collectif fort de 113 sociétaires du Burida  est déterminé à se battre pour le respect de la loi et la paix.  Egalement sur les réseaux sociaux, les soutiens se multiplient pour  Irène Vieira. Nahounou Paulin,  Ras Goudy Brown, Bleu Brigitte,  Dodo La Terre, Jean Aristide Diko, Kris de Tahi, Luckson Padaud… tous sont déterminés à se battre afin de préserver les acquis de la maison. «Le Burida n’est pas le champs d’un artiste ou d’un argent du Burida. Vous (Les adversaires de Mme Vieira. Ndlr) êtes en train de tuer les artistes. Comme la pauvre Mme Irène Vieira ne veut pas vous donner l’argent comme vous voulez, vous voulez la faire sauter. Mme Vieira est en train de faire aboutir un contrat qui n’existe pas au Burkina, en Algérie, au Togo etc. il s’agit du contrat avec le groupe Canal +. Elle vient de gagner un combat  contre le groupe français pour les artistes. Ce contrat va apporter 800 millions de Fcfa  aux artistes. Depuis cette annonce, on veut chasser Mme Vieira afin de mettre la main sur cette manne.  Mais, nous n’allons pas laisser faire», a affirmé dans une vidéo l’artiste Nahounou Paulin. Pour le chanteur, les adversaires de Mme Vieira n’arrivent pas à apporter la preuve d’une mauvaise gestion. Ils pensent, a-t-il ajouté, que nous sommes des moutons pour laisser Mme Vieira partir. «Et après, les mêmes gens qui se plaignent aujourd’hui  auront les mains libres pour voler nos 4 milliards de F cfa. J’ai mal de voir des artistes soutenir un tel combat.  Fadal Dey avait un vrai combat que nous tous on voulait suivre. Mais, aujourd’hui ce combat a été récupéré par des gens sans foi ni loi pour voler l’argent des artistes», a-t-il conclu. 

Une contribution de S.M

 

Le chanteur Français Charles Aznavour est décédé

Le légendaire artiste franco-arménien s'est éteint à l'âge de 94 ans. Avec des chansons telles que Emmenez-moi, Je Me Voyais Déjà ou La Bohème, l'éternel Charles Aznavour a traversé les époques, les générations et les frontières. «Chanteur de variété le plus important du XXe siècle». C'est le titre attribué en 1988 à Charles Aznavour par la chaîne américaine CNN et le Times. Plus de 1200 chansons dans sept langues différentes, des spectacles dans 94 pays et plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier. Mais aussi plus de 60 participations à des longs-métrages. Très discret sur sa vie privée, le chanteur - décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans - a été marié trois fois et a eu six enfants dont trois avec sa dernière femme Ulla avec qui il était marié depuis plus de 50 ans. Icône de la chanson française, Charles Aznavour était une star mondiale, au point d'avoir son étoile sur le «Walk of Fame» à Hollywood en 2017. Soixante-dix ans de carrière en haut de l'affiche pour cette légende de la chanson française. Il revenait ces derniers jours d'une tournée au Japon, après avoir été contraint d'annuler des concerts cet été en raison d'une fracture du bras après une chute. Ses premières années débutent comme un roman. Ses parents, Misha et Knar Aznavourian, viennent de Salonique, en Grèce. Son père est le fils d'un ancien cuisinier du tsar Nicolas II, sa mère appartient à une famille de commerçants arméniens de Turquie qui avaient fui le génocide de 1915. Charles Aznavour, à l'époque Varenagh Aznavourian, naît en France, le 22 mai 1924. Ses parents attendent à Paris un visa pour les États-Unis. Finalement, la France sera leur terre d'accueil. Son père mène une carrière de restaurateur et de patron de café laborieuse, Mais lui, préfère chanter, encouragé également par sa mère.

Le légendaire artiste franco-arménien s'est éteint à l'âge de 94 ans. Avec des chansons telles que Emmenez-moi, Je Me Voyais Déjà ou La Bohème, l'éternel Charles Aznavour a traversé les époques, les générations et les frontières. «Chanteur de variété le plus important du XXe siècle». C'est le titre attribué en 1988 à Charles Aznavour par la chaîne américaine CNN et le Times. Plus de 1200 chansons dans sept langues différentes, des spectacles dans 94 pays et plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier. Mais aussi plus de 60 participations à des longs-métrages. Très discret sur sa vie privée, le chanteur - décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans - a été marié trois fois et a eu six enfants dont trois avec sa dernière femme Ulla avec qui il était marié depuis plus de 50 ans. Icône de la chanson française, Charles Aznavour était une star mondiale, au point d'avoir son étoile sur le «Walk of Fame» à Hollywood en 2017. Soixante-dix ans de carrière en haut de l'affiche pour cette légende de la chanson française. Il revenait ces derniers jours d'une tournée au Japon, après avoir été contraint d'annuler des concerts cet été en raison d'une fracture du bras après une chute. Ses premières années débutent comme un roman. Ses parents, Misha et Knar Aznavourian, viennent de Salonique, en Grèce. Son père est le fils d'un ancien cuisinier du tsar Nicolas II, sa mère appartient à une famille de commerçants arméniens de Turquie qui avaient fui le génocide de 1915. Charles Aznavour, à l'époque Varenagh Aznavourian, naît en France, le 22 mai 1924. Ses parents attendent à Paris un visa pour les États-Unis. Finalement, la France sera leur terre d'accueil. Son père mène une carrière de restaurateur et de patron de café laborieuse, Mais lui, préfère chanter, encouragé également par sa mère.

In Le Figaro

L’Autorité Nationale de la Presse (ANP) consulte le ministère de l’intérieur et de la sécurité pour son expertise dans le domaine numérique

Le Ministre de l’intérieur et de la sécurité Sidiki DIAKITE, a reçu le mardi 18 septembre 2018 en audience à son cabinet, monsieur Raphael LAKPE, le Président de l'Autorité Nationale de la Presse (ANP), ex Conseil National de la Presse (CNP). L’objet des échanges entre le Ministre DIAKITE et  monsieur LAKPE qui était accompagné de proches collaborateurs dont la Secrétaire général de l’institution, a porté sur : « L'ANP et le défi de la régulation des sites de production d'informations numériques »

En effet, au regard de la nouvelle loi, loi N° 3017-867 du 27 décembre 2017 attribuant à l’ANP de nouvelles missions dont celui d'avoir aussi un regard sur les sites de production d'informations numériques, %onsieur LAKPE et ses collaborateurs dans une démarche consultative, ont estimé opportun de venir à « l’école » du département en charge de l’intérieur et de la sécurité, s’imprégner de l’expertise reconnue dans la sous-région et au-delà, de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) qui en Côte d'Ivoire à travers la  Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) composante essentielle, est en charge de la cybercriminalité, du soutien technologique aux investigations et de la conduite des projets technologiques liés à la sécurité. Le Ministre Sidiki DIAKITE dont les services avant la promulgation de cette loi étaient déjà engagés dans l’action de répression mais également de sensibilisation et de communication sur le cyber-espace, a félicité la démarche de l’ANP. « C’est un gage de reconnaissance du professionnalisme de nos services dont la vocation, pour mieux servir, est de toujours demeurer  plus performant ». Aux termes des échanges, il a rassuré ses hôtes de sa disponibilité, de celle de la DITT pour accompagner dans la mise en place de protocoles qui aideraient au mieux l’ANP dans sa phase d'opérationnalité, à "performer" et assurer une meilleure discipline et régulation de la presse en ligne en Côte d’ivoire.

Notons que dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité et l’usage à des fins malveillantes des services de TIC, le gouvernement ivoirien pour renforcer la sécurité sur les réseaux et services de TIC, s’est doté de moyens faisant aujourd’hui que la cybercriminalité est de mieux en mieux combattue en Côte D’Ivoire.

Remis en liberté ce jeudi/ Booba et Kaaris interdits de quitter la France

Depuis leur bagarre à l’aéroport d’Orly le 1er août, les rappeurs Booba et Kaaris étaient en détention provisoire, respectivement à Fleury-Mérogis (Essonne) et Fresnes (Val-de-Marne). Ce jeudi matin, la Cour d’appel de Paris a autorisé leur remise en liberté.

Pourquoi un contrôle judiciaire ? Libres donc, mais pas comme l’air. Les juges ont décidé leur placement sous contrôle judiciaire. Dans l’attente de leur procès devant le tribunal de Créteil le 6 septembre prochain, les deux rappeurs seront soumis à certaines obligations. « Pour la justice, le contrôle judiciaire est une manière de garantir que les prévenus se présenteront à l’audience », explique Maître Amélie Morineau, avocate pénaliste au barreau de Paris.

Quelles contraintes ? En quittant leur prison, Élie Yaffa, alias Booba, et Okou Armand Gnakouri, alias Kaaris, devront remettre leur passeport : ils ont interdiction de quitter le territoire de la métropole. Pour empêcher une nouvelle altercation, les deux artistes ne peuvent pas non plus rentrer en contact. Deux impératifs « assez ordinaires », commente Me Morineau. A cela s’ajoute, « évidemment […] aucune réitération des faits », indique Me Yann Le Bras, avocat de Booba, interrogé par BFMTV. En théorie donc, le duc de Boulogne, surnom de Booba, pourra assurer ses concerts programmés en France.

Pourquoi une caution ? 30 000 euros, c’est la somme que devront verser le Duc de Boulogne et son homologue de Sevran. « Nous avions proposé 20 000 mais la Cour l’a fixée à 30 000 », précise Me Le Bras. Même logique que pour le contrôle judiciaire, relève Amélie Morineau : « la caution a un effet dissuasif pour garantir que le prévenu se présente. » Cette somme peut également être mise de côté, dans le cas où la personne serait condamnée à verser une indemnisation.

Avec le parisien.fr

Yaye 2018/ Affluence record avec plus de 240000 festivaliers

Après le succès de la première édition, la génération Bodji, réunit au sein de l’association Obodjlou Afr OKR (OBAO) a remis le couvert avec la 2ème  édition du Yaye, Festival des arts et culture de  Lodjoukrou.  Débutée le 30 juillet 2018, cette  édition   qui était placée sous le thème  ‘’Culture et développement local’’  a enregistré la présence de  plus de 240000 festivaliers contre 120 000 lors de la  1ère .Durant cinq jours, les festivaliers ont pu découvrir la vie culturelle du peuple odjoukrou. Un panel sur le thème du Yaye 2018,  une présentation de la grande parade des  Lowess et dédiakpliss,  des jeux, un concours miss dénommé Sakpl, un concours culinaire et autres ont meublé cette édition. Au cours de la cérémonie de clôture qui a eu lieu le samedi 4 août 2018 à l’espace de l’indépendance, à Dabou en présence d’Aimée Zébéyou  Secrétaire d’Etat auprès du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, chargée des Droits de l’Homme représentant le parrain, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly,  des cadres  et chefs traditionnels du Leboutou , des invités et des populations, le ministre René Diby a félicité le comité d’organisation pour cette initiative  qui selon lui ouvre la porte du développement et de la cohésion sociale. Ainsi, il a invité tous les fils du Leboutou à l’union et au rassemblement car dira t’il  leur seul combat c’est celui du développement avant de souhaiter que vive pendant longtemps le Yaye. Le Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé de la Promotion de l’Investissement Privé Emmanuel Esmel Essis, tout en invitant les filles et filles de la Côte d’Ivoire à se mettre ensemble, a fait savoir que les chapelles politiques ou religieuses n’apporteront jamais le développement au pays. Par ailleurs, il s’est réjoui de l’affluence qu’a connue le Yaye 2018. Quant à Aimée Zébéyoux représentant le Premier ministre, parrain  de cette cérémonie, elle ne dit pas autre chose quand elle encourage les fils et filles adjoukrou à renforcer les bases de la cohésion sociale parce que  selon elle l’esprit du pardon est gage de développement.  Après quoi, elle a déclaré clos le Yaye 2018. S’en est suivi le défilé auquel ont pris part huit villages dont Vieux Badjem, Lopou, Grand Boubouri, Akradio et Cosrou. C’est par le grimper de Palmier au village du Festival à la place Henri Konan Bédié que le Yaye 2018 a définitivement refermé ses portes .Chapeau au commissaire général, à son Adjointe Mme Lorgn Karidja  la très dynamique qui a veillé au succès de cette édition  sans oublier les autres membres du comité d’organisation. Vive le Yaye 2019.

Affia Marie

 

Conférence des journalistes sportifs des radios privées de Côte d’Ivoire/Le nouveau président investi

Élu en Mars dernier,  le nouveau président de la Conférence des Journalistes Sportifs des Radios Privées de Côte d'Ivoire(CJSRPCI) Arnaud Atsé  dit Gasa de la Radio ATM a été investi le jeudi 19 juillet 2018 à la Maison de la Presse au Plateau en présence de Ouattara Brahima, parrain de la cérémonie , de Roger Dedi,   représentant le 1er vice-président de la Fif  Sory Diabaté et  de Bamba Karamoko, président de l'Union des Radios Privées de Côte d'Ivoire  (Urpci) qui assuraient la coprésidence de la cérémonie ainsi que  du représentant du président de l’Unjci , de la présidente de l’Unpsci Anne Marie Nguessan ,  des garants de la tradition et de nombreux invités dont Bakayoko Capi et le président de la fédération ivoirienne de Handball, Dr Aboubacar Karaboué . C'est le parrain de la cérémonie, Ouattara Brahima, Coordinateur du Forum National des Leaders Unis qui a investi le nouveau Président. Qui après,  a remercié  le parrain, les présidents de la cérémonie et de fédérations  pour l’intérêt qu’ils accordent à cette structure qui est née en 2012  à la suite de nombreuses frustrations et dont l’objectif est la valorisation et le bien-être des journalistes des radios privées. Déclinant le programme d’activité 2018-2019, le nouveau président investi a indiqué qu’il sera  marqué par les Rendez- vous de la Conférence qui aura lieu  tous les 3 mois. Une activité qui,  selon ses dires,   consistera à recevoir une personnalité sportive qui va  décortiquer son actualité. Le premier Rendez-vous de la conférence est prévu le 30 août prochain avec comme premier invité le Dr Aboubacar Karaboué, président de la fédération ivoirienne de Handball .Au menu également une session de formation et la retransmission en direct de deux matches de Ligue 1  tous les week-ends. Pour terminer, le président nouvellement investi a invité ses partenaires à les accompagner à réussir ces activités. Le parrain, quant à lui, a rappelé que ce jour est un grand jour pour la conférence  parce qu’il s’agit de la présentation officielle et de l’investiture du nouveau bureau. En outre,  il a félicité ses filleuls   pour s’être mis ensemble pour valoriser leur corporation et les a appelés à être des journalistes modèles sur qui toute la Côte d’Ivoire peut compter. Au total, ce fut une cérémonie sympathique qui a été agrémentée par l’Humoriste Magnifik.

Affia Marie

S'abonner à ce flux RSS