RD Congo : Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023    Togo : l'opposition dénonce la répression lors des nouvelles manifestations    Algérie : béatification des moines de Tibéhirine et de 12 autres religieux    Au Maroc, le dernier survivant des moines de Tibéhirine fait vivre leur mémoire    L'Algérie, un choix évident pour la béatification des moines de Tibéhirine    Cameroun : Privés de CAN-2019, les entrepreneurs font les comptes    Algérie : le souvenir des moines assassinés reste vivace à Tibéhirine    Le Sénégal inaugure un Musée des Civilisations noires à Dakar    Extradition de François Compaoré : ''c'est une victoire d'étape" pour le gouvernement burkinabé    Sahara occidental, histoire d'un territoire disputé    La justice française favorable à l'extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso    En Afrique, l’armée américaine monte en puissance    En convalescence au Maroc, Ali Bongo apparaît dans une vidéo avec Mohammed VI    Sahara occidental : à Genève, l'ONU se penche sur l'une des régions les plus disputées du monde    Nigeria : le président Muhammadu Buhari dément les rumeurs sur sa mort

Art & Culture

Après les dégâts causés par la pluie/La Maison de la Presse d’Abidjan sera réhabilitée

Le Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste,    M. Bruno Nabagné Koné a décidé de réhabiliter la Maison de la Presse d’Abidjan (MPA) suite aux dégâts qu’a subie cette bâtisse.

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur la ville d’Abidjan depuis quelque temps ont occasionné d’énormes dégâts à la Maison de la Presse d’Abidjan le 11 mai dernier.

Les gros arbres qui longent la clôture de cette bâtisse ont cédé et gravement endommagé cette clôture, ainsi qu’une partie de l’infirmerie des médias. Les branches des arbres déracinés par la tornade, en tombant sur les câbles électriques, ont causé un court-circuit sur l’alimentation de la MPA, la privant ainsi d’électricité et de téléphone.

Les heures qui ont suivi ce sinistre, le Ministre Bruno Nabagné Koné a dépêché son Directeur de Cabinet, M. André APETE, sur les lieux pour faire l'état des lieux et apporter le soutien de la tutelle à l'ensemble des médias.

A travers le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP), le Ministre Bruno Nabagné Koné veut que ce bâtiment qui est un cadre de travail et d'épanouissement professionnel des journalistes et des professionnels de la communication puisse être rapidement opérationnel.

Le Directeur Exécutif du FSDP, Mme N’Guessan Bernise a visité le 04 juin dernier, la MPA et demandé que les travaux de réhabilitation du bâtiment se fassent avec diligence conformément à la demande du Ministre Bruno Nabagné Koné.

Le Président du Conseil de Gestion de la Maison de la Presse d’Abidjan           M. Boga Sivori a exprimé à l’occasion de cette visite, la gratitude des journalistes et professionnels des médias au Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique de la Poste pour l’attention particulière qu’il accorde à cet édifice qui sert de lieux d’échanges et de raffermissement des liens entre acteurs des médias.

 

 

Acepnuci / Voici la liste des membres du Bureau

L’Association de chefs d’entreprise de la presse numérique de Côte d’Ivoire (ACEPNUCI) a célébré son 1er anniversaire le jeudi 30 mai dernier  à son siège sis à la Riviera- Palmeraie. Une belle occasion pour le président Ndri Germai d’offrir des cadeaux aux femmes de l’association et de récompenser les membres actiçfs. Dans la foulée, il a procédé à un réaménagement du Bureau qu’il a étoffé de nouveaux Membres. La Directrice de publication du site www. Infosivoir.net occupe désormais le poste de Secrétaire chargé des affaires sociales.

 

LE BUREAU DE L’ACEPNUCI 2018

1 – Président :  Germain N’DRI

2 – Vice-président : Didier KOUADIO

3 – Secrétaire Général :  Eugène KOICI

4 -  Secrétaire Général-Adjoint chargé de l’organisation : BOSCO de Paré

5 – Trésorier Général : Alexis TANOH

6 -  Trésorier Général-Adjoint : Isaac CISSE

7 – Conseiller Technique du Président : Karamoko BAMBA

8 -  Conseiller Technique du Président : Guy Trésia

9 - Conseiller Technique du Président : COULIBALY Loucoumane

10 – Secrétaire chargé des relations publiques et de la communication : CISSE Thoumany

11 - Secrétaire chargée des affaires sociales : Viviane YAO

12 - Secrétaire chargée des affaires juridiques : Louis CANINGAN

13 - Secrétaire chargé des Projets : Konan Maryse

Commissaire aux comptes : San Aubin

Deuil/ N’goran la loi, le mari de Alla Thérèse est décédé

La Diva de la musique Baoule ALLA THÉRÈSE est inconsolable en ce moment, son compagnon de scène et mari N'goran La Loi , originaire de Konankokorekro à une dizaine de kilomètres de Toumodi, a tiré sa révérence ce dimanche 19 mai. Sincères condoléances à l'artiste. Nina Coulibaly

Décédé dans la nuit du 31 au 1er avril 2018/La veillée et la levée du corps de Dezy Champion sous haute tension

Décédé dans la nuit du 31 mars au 1er avril dernier des suites d’un arrêt cardiaque, la veillée funéraire de l’artiste chanteur Guinon Désiré Claver dit  Dezy Champion, s’est déroulée dans la nuit du vendredi 4  au samedi 5 mai à place Ficgayo de Yopougon. Une veillée sous haute surveillance policière. Mais qui s’est tenue dans une ambiance très électrique. Venus de toutes les communes du district d’Abidjan pour prendre part à cette veillée, les parents et fans de l’artiste sont repartis encore plus tristes et frustrés. Car la veillé a été interrompue à cause de l’insécurité qui y régnait.  Les enfants en conflit avec la loi (Les microbes) et les pickpockets se sont emparés des lieux. Mettant à sang les personnes venues rendre un dernier hommage à leur champion. Le samedi 5 mai, la jeunesse du quartier Yopougon  Sicogi d’où vient le défunt a tenté de bloquer le corps à Ivosep de Treichville. Ils ont exigé que le corbillard change d’itinéraire pour faire escale à Yopougon Sicogi-Dallas, où des personnes l’attendaient pour un dernier adieu. La police a dû intervenir promptement et user de gaz lacrymogènes pour exfiltrer le  corps de l’artiste, afin de l’accompagner à sa dernière demeure au cimetière de Williamsville. Scène identique dans son quartier où  furieux de n’avoir pas vu pour une  dernière fois son corps,  ceux qui n’ont pu effectuer le déplacement à Ivosep ont pris à partie les installations funèbres. La police a dû intervenir énergiquement pour ramener le calme.  Désormais donc,  Dezy Champion repose au cimetière de Williamsville. Adieu l’artiste.

Journée mondiale de la liberté de la presse/ MT salue les avancées de la Côte d’Ivoire

Plusieurs journalistes en Côte d’Ivoire ont célébré la journée mondiale de la liberté de la presse qui se tient tous les  3 mai. Pour sacrifier à la tradition, L’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci) avec à sa tête Traoré Moussa (MT) a organisé une procession à Cocody. Placée sous le thème choisi par l’Unesco. « Médias, Justice et Etat de Droit : Les Contrepoids du Pouvoir, cette célébration a été marquée par diverses communications.  Mais avant, le président de l’Unjci a salué les avancées en matière de liberté avec l’adoption de la nouvelle loi sur la presse et la communication audiovisuelle.  Selon lui, plus jamais aucun journaliste ne sera arrêté et présenté au tribunal. Face aux journalistes, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Toh Bi Vincent a mis un point sur une communication portant sur les « Rapports entre les journalistes et les forces de l’ordre ». Suite à cette intervention qui a permis aux journalistes et aux forces de l’ordre d’accorder leurs violons sur la liberté d’expression et le respect des lois étatiques, une autre adresse a été donnée au stade de la haute Fréquence de la télévision nationale (RTI). « Les défis de la régulation de la presse numérique », un thème segmenté en deux et animé par des personnes ressources non étrangères à la presse, notamment Fernand Dédeh de l’Observatoire de la liberté de presse, de l’éthique et de la déontologie (Olped) et Wakili Alafé, directeur général d’un quotidien ivoirien, a contribué à l’enrichissement des débats d’actualité qui ont meublé le programme de la journée. A l’instar du Ghana choisi pour la visibilité mondiale de cette manifestation, la Côte d’Ivoire s’est illustrée avec ferveur en présence du directeur du cabinet du ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, André Apété.  

Acepnu-ci

 

 

Journée Mondiale de la Liberté de la Presse 2018/ Voici la déclaration de l’Ape ci

  La journée du 3 mai constitue pour le milieu de la presse, un rituel au cours duquel les journalistes du monde entier marquent un arrêt, non pas pour une quelconque célébration, mais plutôt pour un état des lieux sur les acquis en matière de liberté dans l’exercice de leur métier. S’il est vrai que cet exercice n’est pas aisé, il faut cependant reconnaitre qu’il demeure indispensable pour la survie des médias et leurs principaux acteurs. L’Association de la Presse Etrangère en Côte d’Ivoire (APE-CI), à l’instar des autres organisations regroupant les journalistes et professionnels des médias, observe bien évidemment cette tradition. Loin de nous l’idée de faire un procès à qui que ce soit, cette commémoration est pour nous l’occasion de présenter en toute objectivité la situation sécuritaire réelle des journalistes.  Pour sa 25ème édition, le thème retenu, « Média, Justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir » nous interpelle particulièrement en Côte d’Ivoire.   L’APE-CI salut et encourage les efforts du gouvernement en matière de liberté de la presse, pour preuve, à ce jour, nous ne dénombrons aucun journaliste emprisonné. Cependant, beaucoup reste encore à faire au vu de la situation très peu reluisante à laquelle nous assistons tous les jours. Il est à noter des cas graves d’atteinte à la liberté de la presse sur la période 2017 – 2018.  Cette situation est d’autant plus préoccupante quand ces atteintes sont l’œuvre des populations, premières bénéficiaires de l’information que le journaliste recherche. L’agression de notre confrère de SIKA TV, Chris Paterne Assémien qui a manqué de se faire lyncher le 17 février 2018 à Bloléquin dans l’exercice de son métier en est la parfaite illustration.  L’APE-CI condamne ce genre d’agissement regrettable de la part des populations dans un monde relativement subordonné aux médias et aux journalistes.  Il est plus qu’urgent que nos valeureuses populations soient véritablement sensibilisées sur le rôle du journaliste afin qu’elles comprennent qu’il n’est ni leur ennemi, ni la cible à éliminer, loin s’en faut. Le journaliste doit plutôt être cet allié qu’il faut aider et même protéger tout en lui facilitant les accès aux sources afin qu’il traite et publie l’information juste et vraie.   L’APE-CI exhorte nos dirigeants à poursuivre dans le sens de la facilitation des conditions de travail des journalistes. Des cas flagrants d’entrave à l’exercice de  leur métier apparaissent toujours au registre.  Au cours de l’année 2017, nous avons relevé des intimidations, des bastonnades ou encore la détention provisoire dont ont été victimes, six de nos confrères (Coulibaly Vamara, Directeur de publication de Soir Info et de L’Inter, Yacouba Gbané, Directeur de publication de Le Temps et LG Infos, Bamba Franck Mamadou, Directeur de publication de Notre Voie, Hamadou Ziao, Rédacteur en chef de L’Inter, Ferdinand Bailly, Journaliste à Le Temps, Jean Bédel Gnaoré, Correspondant de Soir Info à Aboisso). L’APE-CI reste préoccupée par cette situation récurrente en Côte d’Ivoire. L’image des confrères Landry Beugré et Daouda Coulibaly, violentés en mars dernier par la police nationale n’honore ni la presse ni la police, cette prestigieuse institution chargée de veiller à la quiétude des populations et de leurs biens.    Le dernier classement de Reporter sans Frontière, comme pour condamner ces états de fait, a fait perdre une place à notre pays, passant ainsi du 81e rang au 82e, derrière de nombreux pays africains.   En cette journée mondiale de la liberté de la presse, l’APE-CI engage le gouvernement et toute la société ivoirienne à mettre un point d’honneur au respect de ce droit fondamental qui constitue un point cardinal dans le processus de l’émergence de notre cher  pays, invite le gouvernement ivoirien à privilégier la voie du dialogue et appelle les autorités ivoiriennes à « créer un environnement favorable à l’exercice du métier de journaliste qui, du reste, doit se faire dans les règles de l’art avec professionnalisme ».   L’APE-CI demande une fois de plus à Monsieur le Président de la République, Son Excellence Alassane Ouattara et au ministre de la Communication Bruno Nabagné Koné de garder un œil vigilant sur les abus qui peuvent constituer un obstacle à l’épanouissement professionnel des hommes et femmes de médias dans l’exercice de leur métier.   Nous ne pouvons pas terminer cette déclaration sans une pensée pour nos confrères décédés dans l’exercice de leurs métiers et ceux encore portés disparus à travers le monde. 

 Le monde des médias a une fois de plus été éprouvé ce mois d’Avril. Un mois d’Avril certes, sombre mais qui ne retire pas en nous l’Amour de notre profession.  

 La Présidente M’ma Camara

S'abonner à ce flux RSS