Le meilleur enseignant du monde est kényan    Mouvement de contestation contre Bouteflika : le printemps algérien ?    En Côte d'Ivoire, l'angoisse des élèves de "vivre une année scolaire blanche"    Cyclone Idai en Mozambique : l'aide humanitaire s'organise    Massacre de Peuls au Mali : le gouvernement limoge des responsables militaires    Plus de 10 000 enseignants manifestent à Rabat    Les Comoriens aux urnes pour la présidentielle, l'opposition dénonce un coup d'État    Plus de 100 morts dans une attaque d'un village peul au Mali    Attaque meurtrière des Shebab contre deux ministères à Mogadiscio    Au Mozambique, "des enfants jetés dans les bras des travailleurs humanitaires"    Au cœur des manifestations, les Algériens affichent leur humour et leur créativité    En Algérie, un cinquième vendredi de manifestations pour faire plier le régime    Manifestations en Algérie : "Les soutiens de Bouteflika s'en vont petit à petit"    Après le 28 avril, Abdelaziz Bouteflika "sera un président anticonstitutionnel"    Le bilan du cyclone Idai s'élève à 242 morts au Mozambique

Art & Culture

Littérature : Annick Zago (Pdt UNCI) dévoile son expérience pour une bonne campagne électorale sans grands moyens à travers un livre

La présidente de l’Union Nouvelle pour la Côte d'Ivoire, Annick Pety épouse Zago a présenté mardi 19 mars 2019, à l’hôtel du district d’Abidjan, principale ville du pays, son premier livre intitulé « Comment mener une campagne électorale sans grandes ressources ? Tome 1 ». Cet ouvrage a été édité par le centre de documentation missionnaire représenté pour la circonstance par M. Koffi. Cette cérémonie dédicace a vu la participation de plusieurs personnalités traditionnelles, religieuses, administratives et politiques. Pour l’auteure de l’œuvre, Annick Pety Zago, il est grand temps que les femmes se lancent dans la politique car il est possible de faire la politique autrement. « C’est un ouvrage de motivation pour toutes ces femmes qui veulent s’engager en politique. Dans ce premier Tome, je livre les astuces et clés pour mener une campagne électorale sans grandes ressources. C’est un partage d’expérience. C’est aussi un ouvrage pour expliquer au citoyen lambda pourquoi nous sommes en politique », a expliqué l’auteure Annick Pety Zago qui est par ailleurs conseillère municipale dans la commune d’Attécoubé. Elle a invité "ses sœurs" à la persévérance, à l’abnégation tout en usant d’innovation et de créativité afin de rivaliser avec les hommes sur le terrain politique. « Je vous invite à vous procurer ce manuel, à le déguster sans modération »,  a-t-elle conclu.

P.L

Complexe ‘’le Café de Venise à Yopougon/ Les Danseuses de TP Mazembé émerveillent le public

Récemment a eu lieu au complexe  ’Café de Venise ‘’ situé à Yopougon ancien Bel air une cérémonie dénommée  ‘’ Manger à Gogo’’.  Lors de cette rencontre culturelle  et gastronomique,  les jeunes danseuses du groupe TP Mazembé sont montées sur la scène  avec beaucoup de motivation et de sérieux pour présenter un travail remarquable. Elles  ont  fait  crier le public de plaisir.  Le  public a été conquis par les demoiselles, au talent prometteur ! Chacune a pu présenter une ou plusieurs danses, toutes aussi originales les unes que les autres. Elles ont assuré  le show de façon spectaculaire et ont mis une ambiance du tonnerre lors du sympathique événement. Le public n'a pas tari d'éloges, aussi bien à l’endroit les danseuses que des chanteurs. Le tout en mangeant à « gogo ».  C’était une réussite, un spectacle magnifique et les retrouvailles des amis ont permis de bonnes choses.

Grande soirée Retro Folie à Hôtel International de Grand-Bassam/ Un Show inédit à voir absolument

C’est Noël avant l’heure à l’Hôtel International de Grand-Bassam. Vous avez envie de revivre le bon vieux temps.  Rendez-vous le samedi 8 décembre 2018, à l’hôtel international de Grand Bassam pour vivre La Grande soirée  Retro Folie. En animation Live, Symphonie Tropicale et Phare International.  Un show inédit à ne rater sous aucun prétexte.

Affia Marie

MAYO / Le Maire organise la 2ème édition du projet communautaire d’art urbain pour la population

De nos jours, l’importance de la culture sur l’émergence est indéniable car la création et l’innovation sont des signes logiques du développement. C’est le cas du street art ou art urbain. Né à New York dans les années 70 et originellement destiné à la peinture d'automobiles, ce mouvement artistique contemporain s'est progressivement déplacé vers l'environnement urbain réel et est devenu un phénomène quasi universel avec une popularité de plus en plus accrue. Aujourd’hui, il n’y a pas un maire des grandes villes voire des pays développés qui ne s’attache les services des street-artistes pour redorer le blason de certains quartiers de sa commune. A l’instar de ces collègues des pays développés, le maire de Mayo, Laure Donwahi œuvre pour l’extension de ce mouvement artistique dans sa commune. Du 27 octobre au 14 novembre 2018, elle a organisé, avec ses partenaires français du Street Art Sans Frontières (SASF), la 2ème édition de ce projet communautaire pour le bien de ses habitants. Cette année, quatre (4) membres de l’association SASF ont effectué le déplacement dans la belle cité de Mayo pour diffuser leurs créations. Ce sont Mathieu H., Antoine J., membres fondateurs de l’association SASF qui étaient présents à la première édition et Nabil Q. et Alceo L., nouveaux hôtes du maire. Ce projet communautaire a permis de toucher un parterre de personnes, de les sensibiliser sur l’art et surtout de communiquer des valeurs positives. Dans différents quartiers de la commune, plusieurs ateliers ont été proposés à la population, et une série de peintures murales ont été réalisées pour rendre des façades conviviales et contribuer ainsi à l’embellissement de la commune. Les populations, qui ont commencé à s’habituer à ce nouvel environnement visuel, ont fini par faire entrer peu à peu le street art dans leurs mœurs. Tous ont été séduits par l’intervention et les fresques proposées par ces hôtes du maire de Mayo. Cet art visible et facilement accessible est en train de faire des émules dans la belle cité. Avec cette nouvelle édition, ce mouvement artistique a pris son véritable sens dans la commune et jouit d’une bonne aura. Tant de jeunes sont impatients de retrouver encore leurs hôtes l’année prochaine. Le street art est un mouvement artistique libre et un vrai motif de retrouvailles. Il a permis de créer une mixité sociale et un métissage culturel. On peut donc le dire, le street art permet à Laure Donwahi de réaliser chaque année un pan de sa politique sociale. En outre, en dehors de tout aspect commercial, la valeur esthétique de toutes les œuvres réalisées fera d’elles des produits d’appel touristiques dans un proche avenir. Et nous espérons que la 3ème édition, qui est prévue pour novembre 2019, fera éclore le talent d’artistes éponymes dans cette commune.

Sercom

Election du président des journalistes culturels/Voici comment le candidat Philip Kla veut valoriser la carte Ujocci

La campagne pour le poste de président de l’Union  des journalistes culturels de Côte d’Ivoire (Ujocci) est dans sa phase finale. Et la pêche aux électeurs bat son plein. Le candidat de la liste «Ensemble pour le renouveau de l’Ujocci», Philip Kla multiplie les rencontres afin de présenter  un projet concret et réalisable aux journalistes culturels.  Après les Studios Mozaïk et Numerix Studio pour la formation des journalistes culturels, le candidat a trouvé un premier accord avec Jumia Travel  afin de faciliter les voyages des membres de l’union. «Ce partenariat, qui sera finalisé après notre victoire le 10 novembre, va surtout permettre de valoriser la carte de membre Ujocci. Jumia Travel  est un autre partenaire sûr de notre liste. Avec ce partenaire, les journalistes culturels auront plusieurs avantages sur les réservations de billets d'avion, les hôtels, les salles de conférence et bien d'autres privilèges», a-t-il expliqué. Le Responsable Communication et Relations Publiques, Abraham Kouassi, qui était d’ailleurs aux côtés de l’équipe du candidat Philip Kla à Ivoire Golf Club, dans le cadre du lancement officiel de sa campagne, a réaffirmé l’engagement de Jumia Travel à travailler avec les journalistes culturels.

 Sercom

Déclaration de l’Unjci à la suite des violences perpétrées par des policiers du 22ème sur des journalistes

L’Unjci dénonce et condamne la violation de la liberté de la presse dont ont été victimes plusieurs de ses membres de la part des policiers du 22ème arrondissement d’Angré et de la préfecture de Police d’Abidjan.

Ø  Les faits

La structure Totem Communication a été sollicitée par le député de Facobly, EVARISTE Meambly, par ailleurs président sortant du Conseil régional du Guemon pour l’organisation d’une conférence de presse le mardi 23 octobre au siège de ladite structure qui abrite également les bureaux du journal l’Intelligent d’Abidjan et du journal en ligne afrikipresse.fr.

Totem Communication a adressé une invitation par annonce publicitaire à tous les médias pour la couverture de cette conférence de presse. Plusieurs journalistes ont répondu présent le matin du mardi 23 octobre 2018.

Cependant, dès 8 heures 30, des policiers du 22ème arrondissement et de la Préfecture de police  ont assiégé les lieux à l’effet d’empêcher que la conférence de presse se tienne. Ils n’ont brandi aucun mandat officiel.

Il s’en est suivi une altercation qui a duré au moins trois heures entre le député, les journalistes et les policiers.

Ø Condamnation

L’Unjci s’insurge contre cette atteinte grave à la liberté de la presse.

L’Unjci condamne avec la dernière énergie cette bavure de la part des policiers. L’Unjci demande aux autorités compétentes d’ouvrir une enquête afin de situer les responsabilités des uns et des autres et que des sanctions exemplaires soient prises contre les auteurs d’un tel acte.

L’Unjci apporte son soutien ferme à Totem communication, au journal l’Intelligent d’Abidjan, à Afrikipresse.fr ainsi qu’à leurs personnels respectifs.

 Fait à Abidjan, le 23 octobre 2018

S'abonner à ce flux RSS