Coup d'état au Soudan : le début d'un scénario "à l'égyptienne" ?    COUP D'ÉTAT AU SOUDAN : LE 1ER MINISTRE ET DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT ARRÊTÉS    La transition démocratique enterrée ? Coup d'État de l'armée au Soudan, le gouvernement dissout    Contre le paludisme, un vaccin suscite l'espoir    Au Mali, le représentant de la Cédéao déclaré "persona non grata"    Siyabulela Mandela poursuit le combat de son grand-père pour les droits humains    Pollution massive du Lac Victoria : le plus grand lac d'Afrique se meurt    Burkina Faso : le procès de l'assassinat de Thomas Sankara reprend à Ouagadougou    Coup d'État au Soudan : le gouvernement de transition dissous, des manifestants tués par l'armée    Soudan : plusieurs dirigeants arrêtés, l’accès à Internet coupé    Conseil de sécurité de l'ONU au Mali : la junte veut des "assises nationales" avant les élections    En visite au Mali, la délégation de l'ONU appelle au retour à un pouvoir civil    Le meurtre d'Agnes Tirop, un "signal d'alarme" pour les femmes athlètes au Kenya    Au Mali, le Conseil de sécurité de l'ONU va plaider pour le retour d'un pouvoir civil

Art & Culture

Publi-reportage/Yopougon/ Divertissement : Un hôtel ouvre sa piscine au grand public

L’hôtel Lamirol, situé dans la commune Yopougon (Yopougon-Santé) route d’Abobo-Doumé, a ouvert officiellement sa piscine au grand public. C’était le dimanche 29 août en présence du parrain, l’honorable Michel Gbagbo. C’est désormais officiel. La piscine du complexe hôtelier Lamirol, situé sur la route d’Abobodoumé, est désormais ouverte au grand public.

Lors de l’ouverture officielle, le président directeur général Loukou Koffi dit Loukoff a fait savoir qu’à travers ce cadre, il s’agit non seulement de contribuer au développement de la commune de Yopougon, mais de vendre cette commune en lui donnant une autre vision contrairement à ce qu’en pense ceux qui n’y vivent pas. Ainsi, cette piscine faite pour les tout petits et les grands permettra aux populations de ne pas effectuer de longues distances pour la natation, a-t-il dit. Il a invité les populations de la commune à découvrir l’espace. « Je félicite l’ensemble du personnel et les encourage à maintenir le cap. Je suis fier d’offrir de l’emploi à notre jeunesse », a déclaré le PDG.

Le parrain de la cérémonie, l’honorable Michel Gbagbo a félicité le président directeur général Loukou Koffi pour cette initiative. « Tu es un modèle pour la jeune génération. Je salue ta détermination qui est de donner une autre vision à la commune de Yopougon. Lamirol devient ainsi le seul hôtel dans les environs à abriter une piscine. Cela est à saluer et à féliciter », a fait savoir l’honorable Michel Gbagbo. Pour lui, certaines personnes vivent et entendent parler de Yopougon mais ne connaissent pas bien Yopougon. « Yopougon est une puissance et ce sont des personnes, tous des créateurs, qui font de cette commune une puissance », a-t-il conclu.

Ouvert en février 2016, l’hôtel Lamirol emploie 22 personnes, offre 44 chambres personnalisées dont 4 suites VIP. Il offre une salle de conférence de 50 places et un bar. Sur le site, il y a aussi une salle de réception climatisée pouvant accueillir 100 personnes et un espace ouvert, couvert de bâches pouvant recevoir 250 personnes. Le somptueux hôtel Lamirol de trois (3) étoiles (R+2), en rajoute à l’existant pour le bonheur des clients.

In L’HERITAGE

Arts et culture / Le célèbre artiste peintre Kodjo Michel est décédé

La ville de Grand Bassam est frappée par un deuil. Le célèbre artiste peintre Kodjo Michel est décédé hier, des suites d’une longue maladie. Depuis quelque temps, l’on ne le voyait plus devant son atelier. Né en 1935 à Soumier-Bia (Aboisso), il vivait et travaillait à Grand-Bassam. Arbre tutélaire, Michel Kodjo était un «patriarche» qui occupait une place privilégiée dans l’histoire de l’art de la Côte d’Ivoire. Il vient après Christian Lattier, de 10 ans son ainé, qui a ouvert la voie de l’art ivoirien contemporain avec ses pièces sculpturales conçues au début des années 50. Officiellement, Kodjo est le tout premier peintre ivoirien à avoir fait une exposition individuelle, en 1957, à l’hôtel de ville d’Abidjan.

En 1959, il s’inscrit à l’Ecole des Arts Décoratifs de Nice. En 1968, il repart en France et obtient un diplôme de l’Ecole des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand. Installé à Grand-Bassam en 1970, il mènera une double carrière d’enseignant et de peintre. Depuis environ un demi-siècle qu’il peint, Michel Kodjo s’est fait un nom dans le milieu des arts en Côte d’Ivoire. Il se laisse conduire par les réminiscences qui occupent la surface de son être, s’enfonce dans les dédales d’une cosmogonie singulière.

Sa palette se referme sur elle-même, refuse les éclats de lumière car le mysticisme et la méditation sont les éléments moteurs de sa peinture. Kodjo est aujourd'hui une référence en matière d'art africain et est régulièrement invité dans des salons organisés dans son pays.

De plus, il a exposé ses œuvres à Paris et à New York et son travail a été récompensé par de nombreux prix tels que le Premier Prix de dessin et décoration de la ville de Nice, la Médaille d'or au 14e Salon International de Paris ou encore, le Prix d'excellence des arts et de la culture de la République de Côte d'Ivoire...

Ses principales œuvres représentent des visages énigmatiques qui témoignent d'une volonté de mêler l'art contemporain à l'art traditionnel. Depuis, Michel Kodjo vit et travaille à Grand-Bassam, dans le quartier « France » où vivent de nombreux artistes.

Son atelier regorge de très beaux masques africains. La rédaction du journal ‘‘L’Héritage’’ présente ses sincères condoléances à sa famille biologique et au monde des arts.

Etienne Atta avec l'HERITAGE

Fédération des Associations de professionnels de la communication (FENAPROCOM-CI) / Le Comité de direction reçu par le président de l’ANP

Solliciter l’expertise de l’Autorité Nationale de la Presse (ANP) en matière de renforcement des capacités et aussi présenter la faitière des professionnels de la communication. Ce sont, entre autres, les raisons qui ont motivé la visite d’une délégation de la Fédération Nationale des Associations de Professionnels de la Communication de Côte d’Ivoire (FENAPROCOM-CI) conduite par son président, Tréta Zoumana, au siège de l’ANP, la semaine dernière. Accompagné de Victorine Socko, présidente de l’Organisation des femmes reporters-photographes de Côte d’Ivoire (OFREP-CI), de Cheick Mansourd, présidents de l’Union Nationale des Techniciens Radio de Côte d’Ivoire (UNATER-CI) et Marc Séri, président de l’Union Nationale des Techniciens Télé de Côte d’Ivoire (UNATT-CI), le président de la FENAPROCOM-CI, après avoir rappelé les actions déjà menées, a égrainé les perspectives de la faitière que sont la validation des acquis par expérience et la tenue d’un Forum international.

Tout en remerciant, le président Samba Koné pour sa disponibilité, le président de la FENAPROCOM-CI a sollicité l’ANP pour la tenue d’un séminaire de formation sur l’éthique et la déontologie des métiers de professionnels de la communication. Répondant à cette sollicitation, le président de l’ANP a dit ceci : « L’ANP sera toujours à vos côtés chaque fois qu’il s’agira de renforcement des capacités ».

Auparavant, Koné Samba qui avait à ses côtés Mme Sidonie Amoakon, Secrétaire générale de l’ANP, Mme Gnakri Marthe, Directrice de la Communication et Abiet Yves, Directeur des Etudes, a salué la mise sur pied de la faîtière et félicité le Comité de direction pour les actions déjà menées.

Il faut noter que la FENAPROCOM-CI comprend également l’Union Nationale des Infographistes de Côte d’Ivoire (UNICI) et l’Union Nationale des Professionnels de la Correction de Côte d’Ivoire (UNPC-CI).

 Sercom

Toumodi-Obsèques d'Allah Thérèse/Le président du comité d'organisation soutient qu'elle a passé sa vie à prôner la paix et la concorde

La diva de la chanson tradi-moderne ivoirienne Kouadio Allah Thérèse, décédée le 19 janvier 2020 dernier sera inhumée le samedi 29 août prochain à Gbofia son village natal. L'organisation des obsèques a été confiée à un natif du village de l'illustre disparue. Neveu de l'icône de la chanson baoulé et cadre de Gbofia, Konan Loukou Edouard alias Bakassa Général Blé appelé affectueusement DG a été désigné à l'unanimité pour conduire le comité d'organisation desdites obsèques. Aussi a-t-il tout mis en oeuvre pour réussir ce pari. Le président du comité d'organisation s'est attardé quelque peu sur la vie de l'artiste: " Elle a eu 84 ans d'existence sur la terre des hommes. Elle a consacré 70 ans de sa vie à sa raison de vivre qui était la musique, toute chose qui lui a bien réussi. Il faut dire que nous perdons une dame de valeur dont la voix et le talent ont traversé non seulement Gbofia notre village, mais aussi toute la Côte d'Ivoire. Elle a passé toute sa vie à prôner et la concorde. Franchement elle mérite un hommage vrai et proportionnel à ce qu'elle a donné à ce pays."  Konan Loukou Edouard, a dans une émotion qui ne dit pas son nom rappelé certains souvenirs qu'il garde de la mémé Allah Thérèse: " J'ai été marqué par son soutien lors des obsèques de ma grand mère en 1983 à Assé M'Bo (Tiébissou) et dernièrement, il y a un an, lors des obsèques de mon père à Bingerville et à Gbofia. Au plan artistique, je retiens qu'elle est unique dans le genre qu'elle pratique, et je ne suis pas sûr qu'actuellement il peut avoir une autre artiste qui puisse faire autant qu'elle. Dans sa discographie, le titre " Anouanzè" m'a singulièrement marqué. En langue locale baoulé, cela veut dire l'entente, l'harmonie."

 

                                                                                                                                                                                  Houphouet Laurent

 

      

 

Médias et communication : les professionnels du secteur invités à s'approprier les nouveaux textes de loi

A l’ouverture de l'atelier de vulgarisation des nouvelles lois sur la presse, la communication audiovisuelle et publicitaire, le mercredi 05 août 2020 à Abidjan, le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, a invité les professionnels à s'approprier ces textes de loi pour un développement harmonieux du secteur.

Il a ajouté que l'appropriation de ces textes de loi par les différents acteurs contribuera à améliorer les relations entre l'administration et les administrés.

Toutes ces lois, à en croire Sidi Tiémoko Touré, traduisent l'engagement du gouvernement à doter l'écosystème de la communication et des médias de lois appropriées aux mutations qui ont cours depuis ces quinze dernières années, à travers le monde.

Les travaux de cet atelier qui se poursuit jusqu'au 06 août portent sur la loi N° 2017-867 du 27 décembre 2017 portant régime juridique de la presse en Côte d'Ivoire, la loi N° 2017-868 du 27 décembre portant régime juridique de la communication audiovisuelle et la loi n 2020-522 du 16 juin 2020 portant régime juridique de la communication publicitaire.


Source : CICG

Marie Rose Guiraud /2 semaines après son décès / L’époux et la belle-famille se tiraillent

Triste que les choses se déroulent ainsi. Seulement deux semaines que la chorégraphe ivoirienne de renommée internationale a quitté définitivement la scène de la danse humaine le 20 Avril 2020 que son héritage est source de conflit. Au centre des mésententes entre Emmett Mc Donald, l’époux de la chorégraphe, et sa  belle-famille, la question de la  gestion de la Fondation Marie-Rose Guiraud, qui est composée de l’Ecole de danse et d’échange culturel (EDEC) ainsi que d’un groupe chorégraphique. A-t-on appris de sources proches de la famille de la défunte.

A en croire la même source, les parents de feu Marie Rose Guiraud ont affiché une opposition catégorique  à l’arrivée d’Emmett McDonald  à la tête de la Fondation dont il en est le cofondateur. Pourtant, depuis bien des lustres, la gestion de ladite fondation était aux mains des proches de la défunte. Emmett McDonald, ressortissant américain en union officielle avec  Marie Rose Guiraud depuis 1980, dans une récente parution médiatique avait seulement souhaité, pour la survie de la Fondation, l'appui de l'Etat et son droit de regard dans la gestion de la structure.

« Nous voulons un regard des autorités sur l’EDEC. Nous avons besoin de moyens pour réhabiliter de manière concrète cette fondation pour sa survie culturelle», avait laissé entrevoir l'époux de Rose Guiraud.

Entre temps, au moment où aucune date n'est encore trouvée pour les obsèques de l’ambassadrice de la danse ivoirienne, le ballet des condoléances au domicile de la famille éplorée se poursuit, avec évocation perpétuelle de la gestion de la Fondation. Le veuf, selon la tradition de sa défunte épouse, devra procéder  à une dot symbolique avant l'inhumation de la disparue.

IN L'HERITAGE

S'abonner à ce flux RSS