Les voisins de la RD Congo divisés par l’élection de Félix Tshisekedi    En RD Congo, l'Église catholique "craint que le système ne perdure avec le nouveau président"    Manifestations au Zimbabwe : le président Mnangagwa rentre à Harare    Heurts entre partisans de Martin Fayulu et Félix Tshisekedi à Kinshasa    Beth Koigi, la Kényane qui transforme l’air en eau potable    Attaque au Mali : "Aqmi conserve des capacités logistiques non négligeables"    Élections en RD Congo : l'Union africaine reporte sa mission à Kinshasa    Une base de l’ONU attaquée dans le nord du Mali    Israël renoue ses relations diplomatiques avec le Tchad    Le groupe jihadiste Aqmi revendique l'attaque d'une base de l’ONU au Mali    Visite historique de Benyamin Netanyahou au Tchad    Félix Tshisekedi proclamé président de la RD Congo par la Cour constitutionnelle    Des frappes américaines tuent plusieurs dizaines d'islamistes shebabs en Somalie    Au Burkina Faso, le gouvernement Thiéba a démissionné    À Goma, la population vit dans l'attente des résultats de la présidentielle

Art & Culture

Grande soirée Retro Folie à Hôtel International de Grand-Bassam/ Un Show inédit à voir absolument

C’est Noël avant l’heure à l’Hôtel International de Grand-Bassam. Vous avez envie de revivre le bon vieux temps.  Rendez-vous le samedi 8 décembre 2018, à l’hôtel international de Grand Bassam pour vivre La Grande soirée  Retro Folie. En animation Live, Symphonie Tropicale et Phare International.  Un show inédit à ne rater sous aucun prétexte.

Affia Marie

MAYO / Le Maire organise la 2ème édition du projet communautaire d’art urbain pour la population

De nos jours, l’importance de la culture sur l’émergence est indéniable car la création et l’innovation sont des signes logiques du développement. C’est le cas du street art ou art urbain. Né à New York dans les années 70 et originellement destiné à la peinture d'automobiles, ce mouvement artistique contemporain s'est progressivement déplacé vers l'environnement urbain réel et est devenu un phénomène quasi universel avec une popularité de plus en plus accrue. Aujourd’hui, il n’y a pas un maire des grandes villes voire des pays développés qui ne s’attache les services des street-artistes pour redorer le blason de certains quartiers de sa commune. A l’instar de ces collègues des pays développés, le maire de Mayo, Laure Donwahi œuvre pour l’extension de ce mouvement artistique dans sa commune. Du 27 octobre au 14 novembre 2018, elle a organisé, avec ses partenaires français du Street Art Sans Frontières (SASF), la 2ème édition de ce projet communautaire pour le bien de ses habitants. Cette année, quatre (4) membres de l’association SASF ont effectué le déplacement dans la belle cité de Mayo pour diffuser leurs créations. Ce sont Mathieu H., Antoine J., membres fondateurs de l’association SASF qui étaient présents à la première édition et Nabil Q. et Alceo L., nouveaux hôtes du maire. Ce projet communautaire a permis de toucher un parterre de personnes, de les sensibiliser sur l’art et surtout de communiquer des valeurs positives. Dans différents quartiers de la commune, plusieurs ateliers ont été proposés à la population, et une série de peintures murales ont été réalisées pour rendre des façades conviviales et contribuer ainsi à l’embellissement de la commune. Les populations, qui ont commencé à s’habituer à ce nouvel environnement visuel, ont fini par faire entrer peu à peu le street art dans leurs mœurs. Tous ont été séduits par l’intervention et les fresques proposées par ces hôtes du maire de Mayo. Cet art visible et facilement accessible est en train de faire des émules dans la belle cité. Avec cette nouvelle édition, ce mouvement artistique a pris son véritable sens dans la commune et jouit d’une bonne aura. Tant de jeunes sont impatients de retrouver encore leurs hôtes l’année prochaine. Le street art est un mouvement artistique libre et un vrai motif de retrouvailles. Il a permis de créer une mixité sociale et un métissage culturel. On peut donc le dire, le street art permet à Laure Donwahi de réaliser chaque année un pan de sa politique sociale. En outre, en dehors de tout aspect commercial, la valeur esthétique de toutes les œuvres réalisées fera d’elles des produits d’appel touristiques dans un proche avenir. Et nous espérons que la 3ème édition, qui est prévue pour novembre 2019, fera éclore le talent d’artistes éponymes dans cette commune.

Sercom

Election du président des journalistes culturels/Voici comment le candidat Philip Kla veut valoriser la carte Ujocci

La campagne pour le poste de président de l’Union  des journalistes culturels de Côte d’Ivoire (Ujocci) est dans sa phase finale. Et la pêche aux électeurs bat son plein. Le candidat de la liste «Ensemble pour le renouveau de l’Ujocci», Philip Kla multiplie les rencontres afin de présenter  un projet concret et réalisable aux journalistes culturels.  Après les Studios Mozaïk et Numerix Studio pour la formation des journalistes culturels, le candidat a trouvé un premier accord avec Jumia Travel  afin de faciliter les voyages des membres de l’union. «Ce partenariat, qui sera finalisé après notre victoire le 10 novembre, va surtout permettre de valoriser la carte de membre Ujocci. Jumia Travel  est un autre partenaire sûr de notre liste. Avec ce partenaire, les journalistes culturels auront plusieurs avantages sur les réservations de billets d'avion, les hôtels, les salles de conférence et bien d'autres privilèges», a-t-il expliqué. Le Responsable Communication et Relations Publiques, Abraham Kouassi, qui était d’ailleurs aux côtés de l’équipe du candidat Philip Kla à Ivoire Golf Club, dans le cadre du lancement officiel de sa campagne, a réaffirmé l’engagement de Jumia Travel à travailler avec les journalistes culturels.

 Sercom

Déclaration de l’Unjci à la suite des violences perpétrées par des policiers du 22ème sur des journalistes

L’Unjci dénonce et condamne la violation de la liberté de la presse dont ont été victimes plusieurs de ses membres de la part des policiers du 22ème arrondissement d’Angré et de la préfecture de Police d’Abidjan.

Ø  Les faits

La structure Totem Communication a été sollicitée par le député de Facobly, EVARISTE Meambly, par ailleurs président sortant du Conseil régional du Guemon pour l’organisation d’une conférence de presse le mardi 23 octobre au siège de ladite structure qui abrite également les bureaux du journal l’Intelligent d’Abidjan et du journal en ligne afrikipresse.fr.

Totem Communication a adressé une invitation par annonce publicitaire à tous les médias pour la couverture de cette conférence de presse. Plusieurs journalistes ont répondu présent le matin du mardi 23 octobre 2018.

Cependant, dès 8 heures 30, des policiers du 22ème arrondissement et de la Préfecture de police  ont assiégé les lieux à l’effet d’empêcher que la conférence de presse se tienne. Ils n’ont brandi aucun mandat officiel.

Il s’en est suivi une altercation qui a duré au moins trois heures entre le député, les journalistes et les policiers.

Ø Condamnation

L’Unjci s’insurge contre cette atteinte grave à la liberté de la presse.

L’Unjci condamne avec la dernière énergie cette bavure de la part des policiers. L’Unjci demande aux autorités compétentes d’ouvrir une enquête afin de situer les responsabilités des uns et des autres et que des sanctions exemplaires soient prises contre les auteurs d’un tel acte.

L’Unjci apporte son soutien ferme à Totem communication, au journal l’Intelligent d’Abidjan, à Afrikipresse.fr ainsi qu’à leurs personnels respectifs.

 Fait à Abidjan, le 23 octobre 2018

Présidence de l’UJOCCI : Phillip Kla a déposé sa candidature

Philip Kla, journaliste-professionnel, au site d’informations en ligne Linfodrome.ci, propriété du Groupe Olympe éditeur des quotidiens Soir Info et L'inter a officiellement déposé sa candidature à la présidence de l’Union des journalistes culturels de Côte d’Ivoire (UJOCCI), le lundi 15 octobre 2018, à la Maison de la Presse d'Abidjan-Plateau. Le candidat était accompagné par ses deux directeurs de campagne à savoir Fofana Ali du quotidien L'Expression et Rodrigue de Le Jour Plus. Interrogé sur les raisons qui ont motivé cette candidature, le candidat Philip Kla a confié qu’il entend donner un nouveau souffle à cette institution, qui à l’en croire, n’existerait, à l’heure actuelle que de nom. Pour y parvenir, le candidat Philip Kla qui conduit la liste « Ensemble pour le renouveau de l’Ujocci », a invité les journalistes culturels membres de cette organisation à faire bloc autour de sa candidature pour ensemble écrire une nouvelle histoire de leur institution commune. Toutefois M. Kla dit compter sur la neutralité du comité d’organisation, afin de garantir à tous les candidats, un scrutin transparent et crédible dénudé de toutes contestations. « Nous venons de déposer notre dossier de candidature officiellement. Ce que je puis dire, c’est d’exhorter le comité d’organisation à être entièrement neutre pour une élection transparente qui ne souffre d’aucune contestation. Notre union a besoin de tous les journalistes culturels de Côte d’Ivoire. Cela passe d’abord par une élection crédible. Alors nous réitérons notre appel au comité à être véritablement impartial », a-t-il indiqué. Il est à noter que l’UJOCCI, compte en son sein les journalistes culturels issus de toutes les instances rédactionnelles (presse écrite, radio, presse en ligne et télévision). Le renouvellement de toutes les instances de cette institution est prévu pour le 10 novembre prochain à l’issue d’une Assemblée générale élective qui aura lieu ce jour.

sercom

Crise au Burida/ Nahounou Paulin (Artiste) accuse : «Ils veulent chasser Mme Vieira afin de mettre la main sur 800 millions de F cfa»

Face aux attaques contre la Directrice du Burida, Mme Irène Vieira, un Collectif des Artistes pour la Paix au Burida (Capb) a décidé de donner de la voix. Pour le porte-parole de ce Collectif,  Tieffin Debohi Joseph, les accusations contre Mme Vieira sont une basse manœuvre du Président du Conseil d’Administration Séry Sylvain pour s’emparer du Burida. A en croire l’artiste, les attaques contre Mme Vieira ont commencé après son refus de doubler les indemnités des administrateurs, du Pca et de revoir à la hausse les jetons de présence... «Séry Sylvain veut à tous les prix la tête de Mme Vieira pour pouvoir se servir dans les caisses du Burida. Il veut à la place de l’actuelle directrice quelqu’un qui peut fermer les yeux sur les sorties d’argent et autres détournements. Le Pca doit déjà  21 millions de F cfa  aux artistes. Il veut en réalité ramener la maison des artistes en arrière. Là où avec les efforts du gouvernement et le travail remarquable de Mme Irène Vieira, nous avons pu hisser le Burida à la 3ème place au niveau Africain», a-t-il accusé. Selon Tieffin Debohi Joseph, le Collectif fort de 113 sociétaires du Burida  est déterminé à se battre pour le respect de la loi et la paix.  Egalement sur les réseaux sociaux, les soutiens se multiplient pour  Irène Vieira. Nahounou Paulin,  Ras Goudy Brown, Bleu Brigitte,  Dodo La Terre, Jean Aristide Diko, Kris de Tahi, Luckson Padaud… tous sont déterminés à se battre afin de préserver les acquis de la maison. «Le Burida n’est pas le champs d’un artiste ou d’un argent du Burida. Vous (Les adversaires de Mme Vieira. Ndlr) êtes en train de tuer les artistes. Comme la pauvre Mme Irène Vieira ne veut pas vous donner l’argent comme vous voulez, vous voulez la faire sauter. Mme Vieira est en train de faire aboutir un contrat qui n’existe pas au Burkina, en Algérie, au Togo etc. il s’agit du contrat avec le groupe Canal +. Elle vient de gagner un combat  contre le groupe français pour les artistes. Ce contrat va apporter 800 millions de Fcfa  aux artistes. Depuis cette annonce, on veut chasser Mme Vieira afin de mettre la main sur cette manne.  Mais, nous n’allons pas laisser faire», a affirmé dans une vidéo l’artiste Nahounou Paulin. Pour le chanteur, les adversaires de Mme Vieira n’arrivent pas à apporter la preuve d’une mauvaise gestion. Ils pensent, a-t-il ajouté, que nous sommes des moutons pour laisser Mme Vieira partir. «Et après, les mêmes gens qui se plaignent aujourd’hui  auront les mains libres pour voler nos 4 milliards de F cfa. J’ai mal de voir des artistes soutenir un tel combat.  Fadal Dey avait un vrai combat que nous tous on voulait suivre. Mais, aujourd’hui ce combat a été récupéré par des gens sans foi ni loi pour voler l’argent des artistes», a-t-il conclu. 

Une contribution de S.M

 

S'abonner à ce flux RSS