Le débat africain : le Mali est-il un pays laïc ?    Le Front Polisario rend l'ONU responsable du "blocage politique" au Sahara occidental    Tunisie : les partisans d'Ennahda se mobilisent en pleine crise politique    Covid-19 : derrière la vente et le don de vaccins à l'Afrique, la "lutte d'influence" de la Chine    Nigeria : les 42 personnes enlevées il y a dix jours, dont 27 enfants, ont été libérées    Enlèvement au Nigéria : 317 adolescentes kidnappées dans l'état de Zamfara    Afrique du Sud : la ville de Port Elizabeth s’appelle désormais Gqeberha    Mouvement du Hirak : le retour des marches en Algérie    Algérie : des milliers de manifestants dans la rue pour relancer le Hirak    Égypte : dix ans après, la victoire de la contre-révolution    Nouveau rapt de masse dans une école pour jeunes filles au Nigeria    Présidentielle au Niger : les manifestations se poursuivent, des bâtiments incendiés    Éthiopie : Amnesty accuse l'armée érythréenne de crimes de guerre au Tigré    Après la victoire de Mohamed Bazoum au Niger, les violences continuent    Présidentielle au Niger : des violences éclatent après l'annonce des résultats
Infosivoir

Infosivoir

Législatives du 6 mars- ouverture de la campagne électorale/ Ce que Coulibaly Kuibiert recommande aux candidats et aux électeurs

Ivoiriennes, Ivoiriens,

Chers compatriotes,

Le 06 mars 2021, les électeurs résidant sur le territoire national sont invités à désigner les représentants du peuple de Côte d’Ivoire à l’Assemblée Nationale, par la voie des urnes.

A cet effet, au terme de la phase du contentieux porté devant le Conseil constitutionnel, la Commission électorale indépendante (CEI) a publié, le 22 février 2021, la liste définitive des candidats retenus pour concourir.

Conformément au décret fixant la durée de la campagne électorale pour l’élection des députés à l’Assemblée Nationale, la campagne électorale s’ouvre ce vendredi 26 février 2021 à 00 heure et prend fin le jeudi 04 mars 2021 à minuit.

Candidates, candidats,

La période réglementaire de la campagne électorale est le moment indiqué pour aller au devant des électeurs, dans les limites de vos circonscriptions respectives, pour exposer librement la noble ambition que vous nourrissez pour les Ivoiriens.

Et ce, selon les règles prescrites par le Code électoral et les engagements contenus dans le Code de bonne conduite que vous vous êtes librement donné.

Il s’agit de démontrer, sans violences, sans invectives et sans provocation aux électeurs, vos aptitudes à les représenter valablement à l’hémicycle.

La Commission électorale indépendante, à cet effet, a mis à la disposition de chacune et de chacun d’entre vous, des affiches à votre effigie pour éclairer et déterminer l’électeur quant au choix de son candidat ; et des spécimens de bulletin de vote pour permettre à l’électeur de faire ce choix sans erreur.

A vous chers électeurs,

Vous serez l’objet de tant de convoitises ces jours à venir.

La Commission électorale indépendante voudrait insister sur l’idée que la période de campagne électorale est un moment d’écoute et d’échanges qui doit vous permettre de choisir le meilleur profil pour servir les aspirations et les intérêts légitimes du peuple à l’Assemblée Nationale.

C’est donc avec civisme et responsabilité que vous devrez accueillir les candidats qui voudront s’adresser à vous par tous les canaux de communication non proscrits par le code électoral.

Avec les organes de régulation du secteur de la communication, la Commission électorale indépendante veillera au strict respect de l’accès des candidats aux médias de service public quelle que soit leur nature.

En outre, la Commission électorale indépendante voudrait rassurer chacun des acteurs de cette phase du processus électoral que les Forces de Défense et de Sécurité ont pris toutes les mesures sécuritaires nécessaires pour garantir une campagne paisible.

La Commission électorale indépendante compte, par ailleurs, sur chacun d’entre vous pour agir dans le strict respect des mesures barrières de la maladie à corona virus.

A toutes et à tous, la Commission électorale indépendante souhaite une très bonne campagne électorale.

Taekwondo/ Cissé Cheick Sallah offre des équipements sportifs d’une valeur de 30 millions de FCFA à la Fédération

« L’oiseau vole haut  mais revient sur sa branche ». C’est par ce proverbe que le président de la Fédération ivoirienne de taekwondo, Bamba Cheick Daniel   a imagé le retour à la maison  de Cissé Cheick Sallah après une brouille.  Un retour  marqué par un don d’équipements sportifs composés de Doboks, de plastrons, de chaussures, de protège- tibias…  d’une valeur de 30 000 000 de FCfa pour améliorer les conditions de travail des taekwondoins des 26 ligues que compte la fédération en général et soutenir les athlètes qualifiés pour la Jeux Olympiques. La cérémonie de remise a eu lieu ce mercredi 24 Février 2021  , au centre sportif,  culturel, et des Tics ivoiro-coréen Alassane  Ouattara à Cocody en présence du Directeur général des sports représentant la tutelle , du directeur général de la vie fédérale et du sport de haut niveau,  Durand Gervais ,   des présidents de ligues, des arbitres internationaux, de Gbané Seydou, représentant les athlètes de l’équipe nationale et des Maitres Essapa Jérôme , Christian  et Mezi Georges surnommé le créateur des champions.

Au nom de la fédération ivoirienne de taekwondo, le président Bamba Cheick Daniel par ailleurs directeur général du centre sportif, culturel et des tics ivoiro- coréen  a souhaité la bienvenue au Directeur Général des Sports Koffi Bertin. « Il n’y a pas de hasard devant Dieu. Aujourd’hui, notre fils Cissé Cheick Sallah revient à la Maison. L’oiseau vole haut mais il revient sur la branche. Cissé Cheick Sallah est revenu dans la maison de son père.   Il s’apprête à aller avec son frère Gbané Seydou et ses sœurs Gbagbi Ruth et Traoré Charlène chercher du bonheur pour la d’Ivoire. Cette cérémonie  a une résonance  spirituelle. Nous pensons qu’il est venu ici recueillir des prières, les  bénédictions de ceux qui l’ont fait. Bien qu’il aille à la chasse avec ses frères et sœurs il ne peut pas aller sans dire à sa famille où est ce qu’il va .C’est un geste qui honore », a-t-il introduit avant de remercier le représentant du ministère pour sa promptitude et la considération  pour la fédération .Se tournant vers  Cissé Cheick il lui a dit merci pour ces équipements  qui  sont destinés au taekwondo non à Bamba Cheick. « C’est ce qu’on attend de vous quand vous partez. Au-delà des équipements vous devez vous transformer en conseillers techniques  pour la vos frères et sœurs, pour la fédération. Vous devez nous donner ce que vous avez reçu. Vous pouvez compter sur nous pour la rigueur avec laquelle ces dons seront dispatchés dans les ligues, au niveau de tous les corps constitués c’est-à-dire   les directions techniques, les arbitres, les membres de l’équipe nationale, les coaches. Ainsi donc vient de commencer la mise en route de Tokyo 2021.Nous avons déjà installé nos athlètes dans une résidence avec leur coaches, les kinésithérapeutes. Le travail pour nous a commencé depuis longtemps et nous pouvons dire que nous sommes prêts », a déclaré le président de la fédération ivoirienne de taekwondo.

Intervenant à sa suite, Cissé Cheick a annoncé que c’est avec un réel plaisir qu’il prend la parole au cours de cette cérémonie de remise de don en soutien à toutes les ligues et acteurs du taekwondo. Il a exprimé sa gratitude au président et à son équipe qui ont œuvré à la réalisation de cette cérémonie et à tous ceux qui l’ont accompagné durant toutes les étapes de sa   carrière. «Cette cérémonie est pour moi l’occasion de rappeler que le taekwondo m’a tout donné et m’a tout appris. C‘est un moment spécial pour moi parce que je n’aurais jamais  pensé un jour en arriver là. L’amour du sport m’a poussé à aller au-delà des limites   et c’est cela que je voudrais partager avec mes frères et mes sœurs qui me suivent .Les échecs font partie  intégrante de notre vie  mais avec le courage, la détermination et beaucoup de travail tout est possible. Grace à mes maitres, au président de la fédération  et à toute la communauté du taekwondo nous avons remporté la seule médaille d’or de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Je dois tout au taekwondo et c’est le moment de lui rendre ne serait-ce que le  peu qu’il m’a donné. Ainsi, j’ai décidé d’offrir  près de 30 millions de FCFA  d’équipements sportifs », a-t-il annoncé.

 Prenant la parole, le représentant du ministre des sports, Koffi Bertin, président de cette cérémonie  a salué tout le travail abattu par la fédération ivoirienne de taekwondo et ce geste de Cissé Cheick Sallah pour  hisser haut le taekwondo ivoirien.

 Aptès les allocutions, Cissé Cheick Sallah a procédé à une remise symbolique des dons au président qui à son tour les a remis aux acteurs du taekwondo 

Pour terminer, le président Bamba Cheick Daniel a profité de cette cérémonie pour sensibiliser les taekwondoins sur la nécessité de maintenir la cohésion.

 Patricia Lyse      

      

Presse: Les quotidiens ‘’l’Héritage’’ et ‘’le Bélier’’ dénoncent un acharnement de l’Anp , projettent une grève de la faim et exigent la démission de Koné Samba

Abidjan,24-02-2021 « Depuis notre passage en quotidien en Mars 2020, le quotidien l’Héritage et le Bélier ainsi que bien d’autres journaux proches de l’opposition sont l’objet d’acharnement de la part de l’Anp qui ne manque aucune occasion pour les sanctionner, empêchant ainsi les journalistes de ce quotidiens de faire librement leur travail », dénonçaient Viviane Yao, Directrice de publication de ’’l’Héritage’’ et Bienvenu Koffi, Directeur général adjoint de ‘’Le Bélier’’, mercredi, au cours d’une conférence de presse à Abidjan.

Ces acteurs de la presse nationale, projettent une grève de la faim le 4 mars devant le siège de ladite institution pour exprimer leur mécontentement tout en exigeant par ailleurs, la démission de son président Samba Koné.

« Nous avons décidé de porter cette atteinte à la liberté de la presse à la connaissance de la communauté nationale et internationale. Nous nous réservons le droit de ne plus répondre à une convocation de l’Anp », ont-ils martelé.

En clair, les patrons des quotidiens ‘ ‘l’Héritage’’ et ‘’Le Bélier’’ ont donné de la voix ce mercredi 24 février, pour dénoncer ‘’une décision à double vitesse’’ de la part du patron de l’Anp.

Ci-joint, l’intégralité de la déclaration :

Nous vous avons convié à ce point de presse pour vous informer que la liberté de la presse est gravement bafouée en Côte d'Ivoire. La presse libre, surtout celle proche de l'opposition n'est pas libre. La faute à l'Autorité Nationale de la Presse (ANP) dirigée par Samba Koné. De quoi s'agit-il ? Depuis notre passage en quotidien en Mars 2020, le quotidien L'HÉRITAGE et LE BELIER et bien d’autres journaux proches de l'opposition sont l'objet d'acharnement de la part de l'ANP qui ne manque aucune occasion pour les sanctionner, empêchant ainsi les journalistes de ces deux quotidiens de faire librement leur travail. Ce, à travers des courriers d'interpellations, d'avertissement et de blâme. Pis, le 3 décembre, l'ANP nous a infligé une suspension de 7 parutions. Sanction que nous avons purgée sans mot dire. Il en est de même pour le confrère Le BELIER .Mais trop c'est trop. Hier alors que nous étions en pleine rédaction aux environs de 16 h 30, nous avons reçu la visite d'un courtier de l'ANP qui nous transmet 3 courriers que nous avons déchargés. À 18 heures 30, nous avons reçu un autre courrier nous signifiant que nous sommes suspendus dès la présente notification pour 15 parutions suite à un article paru le mercredi 3 Février 2021 au lieu de 2020 comme il est mentionné dans la décision. Le comité de monitoring relève « qu’en terme d’exclusivité, l’article en cause est bâti sur le conditionnel, mode usité pour exprimer une hypothèse, une réserve .En outre , l’article tend à tourner en dérision le président de la République de Côte d’Ivoire traité comme une autorité aux ordres du président de la République Française .Un tel article est manifestement discourtois, irrévérencieux en son encontre ». En outre, dans le grand II intitulé Au fond, « l’ANP observe qu’alors que le titre à la UNE est affirmatif, à l’intérieur de l’article l’auteur relativise l’information en ces termes. C’est pourquoi, selon des sources digne de foi ; le président Français attend son homologue ivoirien vers le 7 février, pour semble-t-il faire le point sur ce dossier ».

En II-2, l’ANP a retenu l’usage surabondant du conditionnel. Chers confrères, voici l'article concerné que j'ai également photocopié et que je mets à votre disposition. A la lecture, vous vous rendrez compte qu’il n’y a qu’un seul usage du conditionnel. En réalité, personne n’a lu l’article où vous ne trouverez un mot tendant à tourner en dérision le chef de l’Etat dont les services de communication n’ont ni confirmé ni infirmé l’information. Car effectivement le 6 Février, le chef de l’Etat s’est envolé pour Paris mais la rencontre n’a pas eu lieu. En réalité, l’ANP a suspendu L’HERITAGE pour une interprétation de l’article. Or en journalisme, les faits sont sacrés et les commentaires libres. Si ce n’est pas une volonté de porter atteinte à la liberté d’expression en privant les journalistes de l’HERITAGE ET de LE BELIER de leurs outils de travail en cette période électorale aux enjeux importants, on a du mal à s’expliquer cet acharnement contre les journaux de l’opposition alors que des journaux proches du pouvoir injurient sans ménagement les leaders de l’opposition sans que cela n’émeuve SAMBA Koné et l’ANP. Assurément, il y a une décision à double vitesse que nous dénonçons avec la dernière énergie. Pour rappel, la convocation a eu lieu le 4 Février avec un autre quotidien proche du pouvoir. Étant mal en point, j'ai demandé l'ajournement de la rencontre qui a finalement eu lieu le jeudi 18 février 2021. Il faut le dire tout net, sous SAMBA KONE, la Liberté de la presse en Côte d’Ivoire est gravement atteinte .

A travers cette déclaration conjointe de L’HERITAGE et de LE BELIER, nous avons décidé de porter cette atteinte à la liberté de la presse à la connaissance de la communauté nationale et internationale.

Au regard de ce qui précède, nous décidons :

1) L'Héritage et le BELIER vont saisir toutes les chancelleries accréditées en Côte d'Ivoire.

2) Ces deux journaux se réservent le droit de ne plus répondre à une convocation de L'ANP.

3) Les journalistes de L'HERITAGE et de le BELIER observeront une grève de la faim devant le siège de L'ANP le 4mars 2021.

4) L’HERITAGE ET LE BELIER exigent la démission de SAMBA KONE de la tête de l’ANP

Je vous remercie de votre aimable attention

Fait à Abidjan le 24 Février 2021

ONT SIGNE

Viviane YAO, Directrice de Publication de l’HERITAGE et

Bienvenu KOFFI, DGA de LE BELIER

Taekwondo /Me Siaka Anzoumana révèle : ’’ 60 millions FCFA nous permettront de préparer les JO en toute quiétude ‘

Le Secrétaire Général de la Fédération ivoirienne de Taekwondo (FITKD), Me Siaka Anzoumana qui avait à ses côtés l’expert  évaluateur Ouattara Ibrahim, a animé une conférence de presse samedi dernier, au siège social de ladite fédération, sis au Centre Sportif Ivoiro-Coréen à Cocody.  Au cours de cette rencontre avec la presse, Me Anz a abordé plusieurs questions dont l’assemblée générale élective de la Fédération qui est prévue le 30 octobre 2021, la préparation des  quatre taekwondoins qualifiés pour les prochains jeux Olympiques et le point de la tournée qu’ils ont entrepris dans les 26 ligues du pays.

Durant deux semaines, la Commission Formation-Evaluation  et  le Secrétaire général de FITKD, Me Siaka Anzoumana ont effectué une tournée  dans les  26 ligues que compte la fédération. A l’issue de cette campagne, il est apparu nécessaire, selon   Me Anz,  de mettre en place des clubs de Ceintures noires  et d’uniformiser l’enseignement du taekwondo sur le territoire national.  « Dans nos dispositions techniques, nous devons mettre sur pied les pôles techniques pour que la formation soit uniforme partout. Mais ils doivent être précédés de la création des clubs de Ceintures noires. La Commission Formation-Evaluation  (CFE) qui est présidée par Me Ouattara Ibrahim s’y attèle », a fait remarquer le conférencier non sans préciser que l’introduction du corps   des formateurs et évaluateurs est une innovation du président Bamba Cheick Daniel qui en a fait sa priorité depuis son accession  à la tête de la fédération en 2009. Intervenant à sa suite, Me Ouattara Ibrahim  ne dit pas autre chose quand il affirme  que «le taekwondo qui se pratique à Dabakala doit être  le même à Abidjan et partout en Côte d’Ivoire. D’où l’importance de l’uniformisation de l’enseignement dans les salles à travers les clubs de Ceintures noires ».

Des nouvelles dispositions réglementaires liées aux nouvelles tarifications arrêtées lors de l’Assemblée Générale Ordinaire du 19 décembre 2019,  Me Anz dira que cette mission d’échanges  leur a  également permis de bien les expliquer aux athlètes et encadreurs qui doivent par ailleurs savoir pourquoi il est important pour eux  de  participer financièrement à la vie de la fédération. « Au terme de ces deux semaines d’échanges, nous nous sommes rendu compte que les membres n’ont pas bien saisi les contours des différentes décisions. C’était, en général, des problèmes d’incompréhension sur de petits détails. C’est en cela que ces déplacements ont tout leur sens. Nous avons donc pris plaisir à leur expliquer dans les moindres détails, les raisons qui  ont poussé la FITKD à prendre de nouvelles dispositions en ce qui concerne le financement du taekwondo. Parce que financièrement parlant, il nous fallait trouver des solutions à nos charges. Ces tournées ont été tout simplement fructueuses. Les clubs de Ceintures noires sont déjà fonctionnels et nous en avons profité pour prodiguer des conseils d’usage aux animateurs. Nous avons aussi des pôles de combats, de démonstrations et de poomsae », a renchéri le conférencier.

Abordant le chapitre de l’Assemblée générale Elective de la Fédération ivoirienne de Taekwondo, Me Siaka Anzoumana a fait savoir qu’il n’y a pas de date statutaire exacte. Toutefois, rapporte-t-il, « après concertation, la FITKD a décidé que l’AGE ait lieu le 30 octobre 2021 ». Un scrutin  qui sera supervisé par  des représentants  de la Fédération Mondiale et la World Taekwondo Africa (la Confédération africaine de taekwondo, ndlr), pour éviter toute interprétation tendancieuse.

 Concernant la préparation des quatre athlètes qualifiés pour les prochains Jeux Olympiques et la formation de leurs coaches qui  doivent passer au Niveau 2 requis pour la compétition,  le conférencier a annoncé qu’ils ont besoin  de 60 millions de FCFA.  La mise au vert  qui a débuté  le 15 février dernier avec Gbané Seydou et Traoré Aminata Charlène, respectivement enseignant et étudiante à l’INJS, va durer cinq mois. «Nos priorités, ce sont les JO. Il nous faut permettre à nos athlètes d’avoir une très bonne préparation pour mieux aborder les JO. Nous allons approcher les responsables de l’INJS pour avoir une mise à disponibilité pour qu’ils commencent la dernière ligne droite des préparations. Ce sera cinq mois de mise au vert qui nécessitent beaucoup d’argent.  Nous attendons les moyens financiers du CNO et du ministère de tutelle», a souhaité Me Anz qui  précise que « dans l’ensemble, au niveau du taekwondo, 60 millions FCFA nous permettront de préparer les JO en toute quiétude ».  Puisque, a-t-il déploré,  «les compétitions internationales qui devraient permettre à nos représentants de jauger véritablement leurs (Gbané et Charlène) niveaux, sont toutes suspendues ». 

 Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS