Somalie : attaque meurtrière des Shebab dans un restaurant de Mogadiscio    Sénégal : Quatre morts dans les pires émeutes depuis des années    Législatives en Côte d'Ivoire : espoir d'un retour à une vie politique apaisée    Après des émeutes meurtrières au Sénégal, l'opposition appelle à manifester    Envoyé spécial de l'ONU au Mali : "Les Maliens sont favorables au dialogue avec les jihadistes"    Législatives en Côte d'Ivoire : des familles réclament la libération des détenus "politiques"    Sénégal : un mort et des médias suspendus après l'arrestation d'Ousmane Sonko    Journée mondiale contre l’obésité : un problème de taille pour les pays africains    La reconnaissance par la France de l’assassinat d’Ali Boumendjel est “un geste symbolique puissant”    Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo, omniprésent dans la campagne pour les législatives    Reconnaissance de l'assassinat d’Ali Boumendjel : son petit-fils salue une "avancée"    Ousmane Sonko, principal opposant sénégalais, arrêté après des incidents à Dakar    Grâce au dispositif Covax, davantage de vaccins gratuits arrivent en Afrique    Guerre d'Algérie : Ali Boumendjel a été "torturé et assassiné" par l'armée française, admet l'Élysée    Nigeria : libération de près de 300 adolescentes enlevées vendredi

jeudi, 24 décembre 2020

PMU/ C.A a reçu son chèque de 39494600FCFA

Le Directeur général de la Lonaci, Dramane Coulibaly , au nom de la Direction marketing,  a procédé, ce 24 décembre au siège de la loterie à Marcory Zone 4c,  à la remise de chèque PMU d’un montant de 39494 600FCFA à C.A, qui a remporté la première cagnotte spéciale ALR de la campagne promotionnelle « Bonnes fêtes de fin d’année », mise en jeu le 18 décembre 2020.  Après avoir reçu son chèque, celui qui joue au PMU depuis 1996  a remercié la Lonaci notamment le PMU  pour ce cadeau de Noel et a invité ses amis parieurs à persister car,   dira-t-il,  « chacun a son jour ».

  Profitant de cette occasion, le Directeur Général de la LONACI   a souhaité à tous de très bonnes fêtes de fin d’année avant de saluer les mérites du gagnant dont le Père Noël cette année s’appelle La LONACI.   « C.A a remporté la première cagnotte spéciale ALR de la campagne promotionnelle « Bonnes fêtes de fin d’année », mise en jeu il y a une semaine. Je crois donc que pour lui, cette année le père Noël s’appelle LONACI. Son cadeau est un beau chèque de 39 494 600F. Bravo cher gagnant », a indiqué le Directeur Général. A la fin de la cérémonie, le chef de pool Pmu, Soro Seydou  a rappelé les circonstances dans lesquelles C.A a remporté ce gain important.  « A L’occasion des fêtes de fin d’année, la LONACI a l’habitude de  faire des promotions pour les parieurs. Au PMU,   les  meilleures promotions ce sont les cagnottes spéciales. Et  donc cette année, la LONACI n’a pas dérogé à la tradition. C’est  plus de 100 000 000 millions de FCFA  qui ont été dégagés pour permettre aux parieurs de  fêter en beauté. Les 100 millions ont été splittés en plusieurs  cagnottes, le minimum étant 10 000 000 FCFA. La première tranche a été mise en jeu le 18 décembre  et à  l’issue de la course, C.A qui a reçu son chèque ce 24 décembre  a été  le seul à avoir  trouvé la combinaison gagnante dans l’ordre du quinté. Voici pourquoi, il a remporté à lui seul la cagnotte qui a été mise en jeu  et les mises  qui ont été faites ce jour-là. Ce qui fait  un montant de 39  494 600 FCFA », a rappelé Soro Seydou, chef de pool PMU à la Direction marketing qui a annoncé que la prochaine cagnotte, la plus importante de cette action promotionnelle, sera mise en jeu le 26 décembre et non le 25 comme initialement annoncé. Cette fois,  c’est  50000 000FCFA qui sont mis  en jeu pour changer la vie. Tous donc à vos paris  le 26  décembre 2020.   

 Patricia Lyse  

En savoir plus...

Le remède pour soigner immédiatement une intoxication alimentaire

Vous avez mal au ventre et vous avez envie de vomir après avoir fait un repas ? Et vous courez aux toilettes toutes les deux minutes ? C'est clairement une intoxication alimentaire fulgurante ! Ça arrive souvent quand on mange un truc pas frais pendant les fêtes : moules, poisson, œuf, viande... Et pour cela, il faut agir dès les premiers symptômes pour la contrer rapidement. Heureusement, il existe un remède efficace et 100% naturel pour calmer et soigner une intoxication alimentaire. Le traitement est de boire un verre d'eau avec un peu de vinaigre de cidre.

Ce dont vous avez besoin

 - verre d'eau

- vinaigre de cidre

Comment faire

  1. Mettez deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre dans le verre.
  2. Remplissez-le d'eau à température ambiante.
  3. Buvez cette eau vinaigrée dès les premiers symptômes.
  4. Renouvelez le remède régulièrement pendant 24 à 48h.

 Résultat

Et voilà ! Votre intoxication alimentaire a disparu en seulement quelques heures :-) Facile, rapide et efficace, n'est-ce pas ? Terminé la vilaine intoxication alimentaire qui vous gâche la vie. Vous allez très vite vous sentir mieux. Si les symptômes persistent ou augmentent au-delà de 48h, consultez votre médecin traitant.

Pourquoi ça marche ?

 Le vinaigre de cidre est un remède naturel très efficace, car il désinfecte l'organisme des bactéries qui causent la nausée. De plus, il stimule la digestion et nettoie le système digestif ce qui va vous aider à guérir bien plus vite. Chargé en vitamines et en minéraux, il vous donne le tonus nécessaire pour surmonter ce mauvais moment.

En savoir plus...

Dialogue politique/La coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition rappelle son attachement à la démocratie

Déclaration

Le Vendredi 18 Décembre 2020, le Gouvernement a invité les partis d’opposition à la reprise du Dialogue Politique. La coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition a décidé au cours d’une séance de travail organisée à cet effet le dimanche 20 décembre 2020, de se rendre à cette rencontre pour :

  1. Écouter ;
  2. Décider de la ligne de conduite pour la suite des travaux ;
  3. Rappeler ses revendications comme annoncées par le Président Henri Konan Bédié lors de son adresse à la nation, le mercredi 9 décembre 2020.

La séance de démarrage des travaux du dialogue politique a eu lieu le lundi 23/12/2020, à la Primature.

Au cours de son discours inaugural le Premier Ministre a indiqué que ce dialogue politique visait :

  • Les réglages à faire pour une CEI consensuelle par l'adoption de mesures concertées permettant des élections transparentes et crédibles ;
  • La création d'un environnement politique apaisé à travers une concertation fraternelle.

Il a aussi, clairement indiqué qu'il n'y aurait pas de sujets tabous et a demandé que les discussions soient franches, sincères et empreintes d'élégance.

Au regard de ce cadrage prometteur fait par le Premier Ministre, la coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition a décidé de prendre part aux travaux en vue de la prise en compte de ses préoccupations. Il s’agit entre autres de/du :   

  • l’élargissement du cadre de discussion à tous les acteurs politiques dans le cadre d’un dialogue national inclusif ;
  • la relecture de la loi organique et du code électoral ;
  • de la prise en compte des arrêts de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples (CADHP) sur la CEI ;
  • la libération des prisonniers politiques et militaires ;
  • le retour de tous les exilés politiques avec à leur tête le Président Laurent Gbagbo, le Premier Ministre Soro Kigbafori Guillaume, le ministre Charles Blé Goudé et le maire Akossi Bendjo ;
  • la cessation des poursuites à l’encontre des membres de l’opposition.

La coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition rappelle à tous son attachement à la démocratie, au dialogue et au respect des textes qui régissent notre pays, notamment son attachement au respect de la Constitution, notre loi fondamentale. 

Elle demande aux militants, aux militantes aux sympathisants et au peuple de Côte D’Ivoire de lui faire confiance et de rester mobilisés et à l’écoute.  

Fait à Abidjan le jeudi 24 décembre 2020 ; 

Pour la coalition des plateformes et des partis

Politiques de l’opposition, 

 Pr Niamkey Koffi  Pr Georges-Armand Ouégnin

 Secrétaire Exécutif      Président de EDS

 du PDCI-RDA secrétaire

 permanent de la CDRP   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Interview/ Honorable Yapi Kouadio Isidore, député d’Alépé et Délégué Pdci-Rda d’Alépé 2 / « Nommer KKB à la réconciliation montre qu’Alassane Ouattara ne veut pas faire la réconciliation »

Député de la circonscription d’Alépé, l’Honorable Yapi Kouadio Isidore est par ailleurs membre du Bureau politique du Pdci-Rda et délégué départemental d’Alépé 2. Sans détour, il fait savoir dans cet entretien que le dialogue politique risque de coincer à cause de la mauvaise foi du régime Rhdp. Selon l’intrépide délégué départemental d’Alépé 2, c’est parce que le président Alassane Ouattara ne veut pas de la réconciliation qu’il a nommé KKB  à un ministère dédié  à cet effet. L’ex président de la Jpdci, à cause de son instabilité,  ne pourra pas réconcilier les Ivoiriens.

Le président Bédié a accepté de rencontrer le président Alassane Ouattara le 11 novembre  2020, au Golf où il a appelé à un dialogue inclusif. Ce qui a abouti à l’ouverture d’un dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition. Votre commentaire ?

C’est une très bonne chose que cette rencontre du lundi ait eu lieu. Nous savons évidemment pourquoi il y a eu cette rencontre. C’est à la suite de la crise que nous vivons encore à la suite des élections présidentielles. Il appartiendra aux différentes parties, au  gouvernement et à l’opposition de jouer franc-jeu dans l’intérêt des Ivoiriens. Chacun doit penser aux intérêts véritables de la Côte d’Ivoire. Ce qui n’est pas toujours le cas de l’autre côté de la manche.

Ce dialogue n’arrive-t-il pas en retard quand on sait que l’opposition avait déjà fait  cette proposition avant les élections ?

Non. Il n’est jamais  trop tard pour bien faire. Mais il faut  savoir aussi que nous sommes en face de personnes qui rusent avec tout le monde. Finalement ce sont eux qui ont demandé le dialogue. On aurait pu faire cela pour éviter les nombreux morts dans les rangs des militants de l’opposition. J’ai vu que dans ce dialogue qui démarre, on va traiter des recommandations d’Arusha. A quoi cela sert-il finalement. On aurait pu le faire avant la présidentielle. Dans tous les cas, il faut reconnaitre que la crise est bien installée dans l’esprit des gens. 

 La réconciliation est-elle possible alors que certains leaders de l’opposition et de la société civile  tels que  le ministre Guikahué, le président Affi N’Guessan, Soro Guillaume et Pulchérie Gbalet  sont emprisonnés ou en exil? 

Il faut déplorer ce qui est arrivé à ces personnalités après les élections.  Notamment le ministre Guikahué qui est le secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda.  Mais comme c’est un dialogue inclusif qui a débuté lundi dernier et qui commence à poser ses bases, certainement que les autres partis comme Gps de Soro qui était absent se joindront aux autres. Je dis ce que je pense, mais je ne suis pas véritablement ancré dans les décisions. Mais si les partis de l’opposition tel que le Pdci-Rda était présent, cela veut dire que le président Henri Konan Bédié est d’accord pour que ce dialogue se tienne. Je ne peux que suivre les choses en tant que délégué départemental. C’est vrai que nous avons besoin de dialogue, mais il doit se faire dans la vérité pour qu’on aboutisse à une vraie réconciliation. 

Votre avis sur la création d’un ministère de la réconciliation nationale?

 Ce ministère tel qu’il a été créé montre bien que le président Alassane Ouattara ne veut pas faire la réconciliation. Il ne veut  pas de la réconciliation depuis qu’il est en poste en 2011. S’il voulait faire la réconciliation, dix ans, c’est suffisant.  C’est parce que le président Alassane Ouattara ne veut pas  de réconciliation qu’il a nommé Kouadio Konan Bertin que tout le monde connait et sait bien qu’il ne peut pas réconcilier les Ivoiriens. Certainement qu’il a un agenda caché. Ne pas pouvoir réconcilier ses compatriotes à la suite du coup d’Etat de 1999,  ensuite la rébellion armée de 2002, la  crise postélectorale de 2010- 2011 et 2020,  c’est vraiment déplorable. On aurait pu éviter  ces crises récurrentes.

Soyez plus explicite sur le cas KKB ?

KKB n’est pas stable. Et  une personne qui n’est pas stable moralement, quel exemple est-il ? Je dis que le président Alassane Ouattara ne veut pas de la réconciliation. C’est pour cela qu’il a nommé KKB au ministère de la réconciliation. Pourquoi les conclusions de la CDVR n’ont pas été publiées ?

L’opposition a montré sa bonne  foi en prenant part au dialogue. En retour, pensez-vous que le pouvoir est sincère dans sa démarche ?

Je ne crois vraiment pas en  la sincérité du pouvoir en place. Ils nous ont baladés pendant les élections. Aujourd’hui, malgré les soutiens de la France, le pouvoir Rhdp a le dos au mur. Voyez-vous, rien n’a été fait et il propose déjà la date des législatives au 6 mars avec le même président de la Commission Electorale Indépendante (CEI). C’est vraiment de la plaisanterie. Les responsables du Rhdp savent bien que si nous voulons vraiment régler les problèmes avant les législatives, cela prendra au moins six mois. Donc ces élections devraient être projetées vers juin- juillet. Pourquoi pas à la fin de l’année.

Parlant des législatives, pensez-vous que l’opposition doit y participer ?

Les conditions ne sont pas encore réunies pour organiser les élections législatives. C’est la fin du dialogue qui a débuté qui nous permettra de savoir véritablement si oui ou non nous devrions y participer ou  pas. Nous  avons appris que le Pdci-Rda et le Fpi ont accepté de participer à ces élections. Il appartiendra à ces deux partis de voir comment faire pour y aller. Certains disent qu’il faut y aller pour avoir la majorité à l’assemblée nationale après avoir perdu la présidentielle. C’est une bonne chose. Mais, si la coalition demande qu’on n’y aille pas, il faut que la décision soit respectée par les militants. Je pense que  nous pouvons être majoritaires. Mais je  suis persuadé qu’au-delà de trois mois, nous ne le serons plus parce que le Rhdp va acheter des députés. C’est cela leur pratique. D’ailleurs, il y a des députés dans nos rangs qui étaient prêts à rejoindre le Rhdp, mais c’est la crise qui les a bloqués. Et j’ai souvent dénoncé cela lors de nos rencontres dans le groupe parlementaire.

A Grand Bassam, Koumassi et bien d’autres localités, les populations  ont assisté au braquage des résultats. Ne craignez-vous pas que cela puisse ressurgir ?

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a deux attitudes que le Rhdp pourrait adopter. Soit ils se disent qu’ils ont fait trop de ‘‘gaffes’’ lors de la présidentielle et ils laissent les choses se dérouler normalement, en ce moment l’opposition sortira majoritaire, soit ils refont  ce qu’ils ont fait à Grand Bassam, Port Bouët, au Plateau où ils ont braqué   les élections au moment des résultats. Qu’ils braquent ou laissent les choses se faire,  je pense que le Rhdp sera majoritaire à un moment donné de la législature. Parce qu’ils achèteront la moitié de nos députés, tous les partis de l’opposition confondue. En ce moment, l’opposition devient minoritaire et le Rhdp continuera à faire ce qu’il a envie de faire. C’est-à-dire faire voter des lois qui ne sont pas toujours dans l’intérêt des Ivoiriens.

 Pour vous, il n’est donc  pas question de participer aux législatives ?

 Je ne dis pas cela. Je suis dans un parti politique bien structuré et ordonné. Je suis donc la ligne que donnent les responsables du parti. Si nous devons y aller et que cela vient de la direction du Pdci-Rda, je ne vois aucun inconvénient. Parce que je suppose que le président du parti sait pourquoi il faut y aller donc on y va. Nous irons et nous gagnerons. Mais je répète  qu’il y a des députés qui seront achetés et c’est une évidence.

Lire la suite le lundi 28 décembre 2020 In l'Héritage 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS