Coronavirus : Au Nigeria, Lagos et Abuja entrent en confinement pour 14 jours    Les artistes africains donnent de la voix contre le coronavirus    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja en confinement    En Algérie, le correspondant de Reporters sans frontières incarcéré    Les législatives au Mali maintenues malgré le coronavirus et l'insécurité    En RD Congo, les gestes barrières contre le coronavirus sont difficiles à respecter    La Libye en rangs divisés face à l'arrivée du coronavirus    En Guinée, la commission électorale proclame un "oui" massif à la nouvelle Constitution    La France et 12 autres pays forment la Task Force Nakuba pour combattre les terroristes au Sahel    Coronavirus en Afrique du Sud : 1 000 cas et confinement strict    "En Afrique, l’évolution de la pandémie de coronavirus est très rapide et très préoccupante"    Coronavirus au Maroc : "La réflexion se poursuit pour aider les travailleurs informels"    Coronavirus : l'Afrique du Sud, "en guerre contre l'ennemi invisible", déplore ses deux premiers morts    Coronavirus en Afrique : "Le plan de réponse à l’épidémie doit être adapté au contexte africain"    Mali : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé a été enlevé

Filtrer les éléments par date : lundi, 13 janvier 2020

L'astuce pour conserver les Jaunes d'œufs plus longtemps

Il vous reste des jaunes d’œufs et vous ne voulez pas les jeter ? Vous avez bien raison ! Inutile de gaspiller ces jaunes d’œufs qui vous serviront pour une autre recette plus tard. Heureusement, un ami m'a révélé son truc pour les conserver facilement pendant des mois. L'astuce est de congeler les jaunes d'œufs avec un peu de sel.

Comment faire

  1. Mélangez les jaunes d’œufs.
  2. Ajoutez environ une pincée par jaune d’œuf.
  3. Versez le tout dans un sac congélation.
  4. Fermez bien le sac en le zippant.
  5. Mettez le sac au congélateur.

Astuce bonus

 Pour décongeler la quantité précise de jaunes d'œufs dont vous avez besoin, versez simplement l’équivalent d’un seul jaune d’œuf par sac.

 

 

En savoir plus...

Recette de curry de poulet à la noix de coco

Ingrédients pour 4 personnes

 - 2 escalopes de poulet

 - 3 carottes

 - 1 botte de 30 g de coriandre fraîche à ciseler

 - 1 yaourt brassé

- 1 brique de 200 ml de lait de coco

- 250 g de riz basmati ou thaï

- 1 pot de pâte de curry vert

 - 2 cuillères à soupe de Nuoc Nam

- 1 pincée de paprika

- 1 cuillère à café de curry

- Huile d’arachide ou de tournesol

 Comment faire

  1. Je coupe les escalopes en lamelles et j’émince l’oignon.
  2. Je prépare une julienne de carottes.
  3. Dans un bol, je mélange yaourt, nuoc mam et une cuillerée à café de curry vert.
  4. Je badigeonne ma viande de ce mélange et la laisse mariner dans un saladier le temps de préparer la suite.
  5. Dans un wok, je fais revenir à feu moyen les oignons émincés et la julienne de carotte avec un filet d'huile d'olive pendant 5 min.
    6. Je jette ensuite mes fines lamelles de poulet marinées dans le wok et les fais revenir avec les légumes 10 min, toujours à feu moyen.
  6. Pendant ce temps, je démarre la cuisson du riz basmati dans une casserole d’eau bouillante salée. Pour qu’il devienne collant je couvre ma casserole avec un couvercle.
  7. J'arrose la viande et les légumes avec le lait de coco, j'y ajoute une pincée de curry et une pincée de paprika et laisse mijoter 2 min dans le wok.
  8. Je dépose quelques feuilles de coriandre fraîche ciselées sur mon joli plat. Résultat

Et voilà, le poulet au curry coco est déjà prêt. Il ne vous reste plus qu'à déguster votre curry avec du riz gluant !

 

En savoir plus...

Hommage / Gagnoa reconnaissant au Président Ouattara pour avoir gracié 800 prisonniers de la Crise post-électorale

- Les populations de Gagnoa ont exprimé, le 12 janvier 2020 à Gagnoa, leur gratitude au Président de la République Alassane Ouattara pour la Loi d’amnistie d’août 2018, ayant permis la libération de 800 prisonniers de la crise post-électorale.

C’était au Stade Biaka Boda, à travers leur porte-parole, le Chef du Comité des Chefs de village, Joseph Gadji, au cours d’une cérémonie d’hommage des populations au Président Alassane Ouattara, pour les actions développement réalisées en leur faveur.

Joseph Gadji a salué les nombreux investissements réalisés dans la ville de Gagnoa et dans toute la Région. Et ce, dans divers secteurs : éducation, eau potable, électricité, routes, etc.

Il a exprimé l’engagement de la Région du Gôh à promouvoir la paix aux côtés du Président Alassane Ouattara.

 Pour le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, qui présidait la cérémonie, la rencontre de Gagnoa confirme la solidité du pacte de confiance entre la région et le Chef de l’Etat.

Parlant de réconciliation, Amadou Gon Coulibaly a indiqué qu’il n’existe pas de problèmes de réconciliation entre les Ivoiriens. Pour lui, les populations sont réconciliées, se parlent et vivent ensemble. Ce sont plutôt les acteurs politiques qui constituent le problème, a-t-il dit. Et d’ajouter que c’est à eux qu’il faut envoyer des messages, leur demandant d’adopter de bonnes conduites, de soigner leur langage et d’agir avec responsabilité. 

Source : Primature

En savoir plus...

SEM Henri Konan BEDIE, au personnel politique du PDCI-RDA/Je vous encourage à persévérer car les difficultés à surmonter en 2020 vont exiger plus de détermination et d’engagement


-Chers frères et sœurs;
-Chers Compagnons;

C’est avec un grand plaisir que mon épouse, Henriette Bomo et moi-même, nous vous recevons, ce jour, dans toutes vos composantes, en ce début d’année 2020 chez nous à Daoukro, pour l’échange des vœux de nouvel an.

Nous vous remercions d’avoir effectué ce déplacement et vous souhaitons la cordiale bienvenue.

Aussi, sommes-nous heureux, à la fois, pour les vœux très chaleureux prononcés en notre endroit et pour les magnifiques présents que nous venons de recevoir; symboles de l’affection que vous ressentez, tous, pour nous.

En retour, très touchés par ces propos, nous voudrions vous exprimer notre sincère gratitude et notre fervent attachement à chacun d’entre vous.


J’ai écouté attentivement le message lu par votre représentante, Madame Salimata DOUMBIA. Elle a su résumer les vœux de tout le personnel politique du parti. 

Madame la porte-parole, soyez-en remerciée.

Ce message traduit fidèlement et clairement trois (3) idées-forces.

Tout d’abord, il nous revient de poursuivre la mobilisation du personnel politique de la base, que sont les délégués départementaux et communaux, les secrétaires généraux des sections et les présidents des comités de base. 

Dans l’ensemble, ils ont fait un travail remarquable au quotidien, tout au long de l’année écoulée ; conformément aux recommandations du 6ème congrès extraordinaire du parti tenu ici même à Daoukro le 15 Octobre 2018. 

En effet, ils ont su contribuer à la clarification et à la stabilité du parti pour sa marche vers la reconquête du pouvoir d’État en Octobre prochain.

Cela s’est traduit par la redynamisation des délégations du parti qui sont passées de 232 à 350, à travers :
- l’acquittement des droits d’adhésion et de paiement des cotisations annuelles par les militantes et les militants;
- les nouvelles adhésions des sympathisantes et des sympathisants du parti.

Je voudrais, en cet instant solennel, leur adresser à tous et à toutes mes chaleureuses félicitations pour le travail accompli au cours de cette période.

Ensuite, je note que l’engagement politique des organes opérationnels et des structures spécialisées a été un succès au cours de l’année 2019.

En effet, ils ont tous œuvré, pleinement, au raffermissement de la cohésion entre leurs membres et agi, efficacement, dans l’exécution des instructions données par mes soins.

Cet engagement politique s’est observé au cours des visites des six zones politiques effectuées par le Secrétaire Exécutif de mi-juillet à fin août 2019.

Enfin, je retiens que les vice-présidents du parti et le secrétariat exécutif du parti ont su mettre en mouvement l’ensemble des militantes et militants.

De par leurs actions concertées, ils ont su veiller à la mise en œuvre diligente, sur le terrain, des recommandations et instructions découlant, à la fois, de mes discours d’orientation et des décisions des réunions du bureau politique, tenues au cours de l’année écoulée.

Chers Compagnons, c’est avec une légitime fierté que j’observe que ces actions concertées ont fortifié la marche de notre parti, malgré un environnement politique non apaisé, fait de tracasseries et de condamnations arbitraires de certains de nos militants et ceux des partis politiques membres de notre plateforme, la CDRP.

L’un des moments forts de cette marche a été le meeting historique du 19 Octobre 2019, à Yamoussoukro, où nous avons rendu un hommage solennel et appuyé à Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Président fondateur du PDCI-RDA et de la Côte d’Ivoire moderne, à l’occasion de la commémoration de la date anniversaire de sa naissance.

Je salue cette détermination qui a valu une mobilisation exceptionnelle ce jour-là.

Je vous félicite pour cette détermination et vous encourage à persévérer car les difficultés à surmonter en 2020 vont exiger plus de détermination et d’engagement dans la conduite de l’action politique sur le terrain et au sommet du parti.

Ce faisant, je vous invite à la cohésion, sous l’autorité du Secrétaire Exécutif du parti, pour une conduite efficace des travaux préparatoires de notre convention nationale d’investiture de notre candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020, qui a lieu au mois de juin prochain.

Je fais confiance à chacun des membres des diverses commissions pour œuvrer à l’organisation parfaite de ladite convention.

Au regard du contexte politique, il nous reviendra de nous mobiliser et d’agir, avec les moyens que nous confèrent les lois de la république, pour obtenir du pouvoir exécutif, de meilleures conditions d’organisation d’une élection présidentielle juste, transparente et démocratique.

A cet effet, comme je l’indiquais dans mon adresse à la nation, l’opposition significative ivoirienne, composée de la CDRP et de EDS, est engagée à entamer un dialogue politique constructif avec le pouvoir exécutif, pour parvenir à la réconciliation nationale, gage d’une paix définitive et d’élection présidentielle crédible et démocratique.

En effet, la décrispation de la vie politique requiert, outre d’autres exigences, la libération de tous les détenus politiques de la crise post-électorale de 2010, l’abandon des poursuites et l’annulation des dernières condamnations au Tribunal d’Abidjan à l’encontre du Président Laurent GBAGBO et de Charles Blé GOUDE.

Par ailleurs, je demande, solennellement ce jour:
-l’abandon des poursuites judiciaires à l’encontre de Noël Akossi BENDJO, condamné par contumace, contraint à l’exil, 
-la libération de Jacques MANGOUA et celle des élus et cadres membres des partis politiques dénommés RACI, MVCI et GPS.

Ces requêtes rejoignent l’homélie prononcée, le 30 Décembre 2019, par le Cardinal Jean Pierre Kutwa, Archevêque Métropolitain d’Abidjan qui a demandé, avec forte supplication lors de la célébration de la messe dédiée à la 53ème journée mondiale de la Paix, au Président de la République de libérer les partisans de SORO KIGBAFORI Guillaume, mis aux arrêts le 23 Décembre 2019 et de sursoir aux poursuites engagées contre l’intéressé lui-même.

Il a dit en substance ceci : « Monsieur le Président, je vous supplie de faire sortir de prison ceux qui ont été arrêtés dernièrement. 
La paix est chemin d’espérance, chemin d’écoute et chemin de réconciliation. 
Et d’ajouter à l’endroit du Président de la République :« Ne te laisse pas ronger par le désir de vengeance. Ne te laisse pas déstabiliser par la rancune. Sinon, tu y laisseras ton âme. Comprends tes ennemis, aimes-les» .

Il a conclu en disant qu’un petit geste de solidarité peut rallumer une espérance et qu’il rêve d’un moment où nos leaders s’asseyent et s’écoutent.

Malheureusement, vous constatez, avec moi, que la supplication forte et sincère du sommet de l’église catholique en Côte d’Ivoire n’a pas donné les résultats escomptés; à savoir la libération des prisonniers.

Dans la même veine, au nom de la paix, j’invite le pouvoir exécutif, d’une part à faire cesser les fouilles injustifiées, sans base légale, des domiciles des personnalités politiques de l’opposition et d’autre part à mettre fin aux tracasseries subies par celles-ci.

Cette invitation tire sa signification et sa portée de l’adage qui dit :« Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît ». A bon entendeur salut.

Chers Compagnons, je voudrais insister, comme vous l’avez indiqué, sur l’impérieuse nécessité :
- de la révision de la loi promulguée, portant création de la commission en charge des élections pour la rendre impartiale, autonome et neutre, conformément à l’arrêt rendu le 18 novembre 2016 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ;
- du maintien en l’état de l’actuelle constitution. Toute opération de modification de celle-ci, à six mois de l’élection présidentielle, risque de perturber le jeu démocratique en pleine année électorale où les partis politiques, déjà en pré-campagne, s’organisent à choisir leurs candidats, conformément à la constitution en vigueur.

La reprise, depuis le 09 janvier dernier, du dialogue politique entre le gouvernement et les partis politiques pour l’élaboration et l’adoption du nouveau code électoral n’est pas compatible avec une modification de la constitution qui interviendrait après que ce code ait été adopté.

En conséquence, chers compagnons, je voudrais réaffirmer que la révision de la loi promulguée, portant création de l’organe en charge des élections et le maintien en l’état de la loi fondamentale constituent le point de départ de la décrispation politique et permettra, comme le souhaite le Cardinal, de briser la dynamique de méfiance prévalant en Côte d’Ivoire.

Je salue, donc, votre ferme engagement à vous opposer démocratiquement à toute modification de la constitution; en vigueur.

 
Enfin, dans l’intérêt supérieur de la nation en vue de parvenir à une dévolution du pouvoir d’État à la force politique majoritaire, lors du prochain scrutin présidentiel, j’invite le pouvoir exécutif actuel à proroger le délai de validité des cartes nationales d’identité arrivées à expiration au-delà de Décembre 2020.

De même, vu l’extrême pauvreté de nos populations, j’invite le gouvernement à opter pour la gratuité de l’acquisition des nouvelles cartes nationales d’identité; et ce en vue de faciliter l’inscription sur la liste électorale de tous ceux qui seront en âge de voter en octobre 2020.

Voilà chers Compagnons les centres d’intérêts politiques majeurs qui devront nous préoccuper et guider chacune de nos revendications politiques, aussi bien au sommet du parti que sur le terrain, au cours des prochains mois, en vue d’une victoire éclatante du PDCI-RDA à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Tous autant que vous êtes, je vous fais confiance, car vous avez fait preuve de loyauté et de fidélité au parti, de juin 2018 à ce jour.

Oui!! Nous avons résisté à la liquidation du parti voulue par certains des nôtres, partis rejoindre le parti unifié RHDP.

En conséquence, dans la poursuite de cette action hautement militante, je voudrais inviter particulièrement les structures spécialisées des femmes et des jeunes à entreprendre, dès ce mois de janvier, sur le terrain la remobilisation des militantes, militants, sympathisantes et sympathisants du parti.

Cette remobilisation doit s’accompagner d’actions concertées et combinées avec les structures féminines et de jeunesse des partis membres de la CDRP et de EDS

Chers jeunes du PDCI-RDA, notre action politique est orientée à vous permettre d’accéder aux hautes responsabilités dans la chaîne de commandement de l’administration ivoirienne, dès notre victoire à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Vous êtes la relève attendue par le peuple de Côte d’Ivoire pour reconstituer les ressorts sociaux de l’unité nationale et du progrès social de notre nation.

Aux femmes, notre action politique vise à vous intégrer dans le tissu économique et social par le biais de votre autonomisation, de votre indépendance économique et financière.

Il vous reviendra, à cet effet, de redonner vie aux familles ivoiriennes; à ce jour dévastées par les phénomènes combinés de la déscolarisation des élèves dans les cycles scolaires et du grand banditisme perpétré par les enfants en rupture avec la loi, communément appelés les microbes.

Chères femmes et chers jeunes, demeurez mobilisés et soyez déterminés, actifs sur le terrain et ayez foi en l’avenir radieux de notre chère Côte d’Ivoire.

Sur ce, Chers Compagnons, mon épouse Henriette Bomo et moi-même, nous vous adressons, à vous et à vos familles respectives, nos meilleurs vœux de santé, de prospérité, de courage, de persévérance, de bonheur partagé, de loyauté, de fidélité à notre grand parti et de pleine réussite dans chacune de vos activités.

Soyons, en cette année électorale, des artisans de paix, comme nous l’a enseigné le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY.
Que le Seigneur nous protège, nous guide dans nos actions respectives.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire .

Longue et longue vie au PDCI-RDA.

Je vous remercie.

Fait à Daoukro, le 12 janvier 2020.

Henri Konan BEDIE 

Président du PDCI-RDA

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS