Sommet africain sur le climat : "La conscience écologique n’est pas qu’une affaire de pays riches"    Le roi Mohammed VI gracie Hajar Raissouni, la journaliste condamnée pour avortement illégal    La diaspora africaine, un nouvel État ?    Sommet africain sur le climat : "Au Tchad, on enregistre déjà 48°C à l’ombre"    Élections au Mozambique : le nouvel eldorado africain du gaz (3/3)    L'Égypte voit descendre dans la rue "les enfants de la révolution de 2011"    Élections au Mozambique : une campagne d'une violence inédite (2/3)    L'analyse de notre correspondant Karim Yahiaoui à Tunis    Élections au Mozambique : des ONG musulmanes au chevet de la population (1/3)    Présidentielle en Tunisie : l'austère Kaïs Saïed porté au sommet de l'État    Kaïs Saïed donné gagnant de la présidentielle tunisienne, revivez la soirée électorale    Sans enthousiasme, les Tunisiens votent pour la troisième fois en un mois    Présidentielle en Tunisie : un concours de cuisine incite les femmes des zones rurales à voter    Attaque meurtrière contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso

Filtrer les éléments par date : lundi, 07 octobre 2019

Industrie automobile : le Groupe Tata Motors veut renforcer sa coopération avec la Côte d’Ivoire

Au sortir d’une audience avec le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, le 7 octobre 2019 à Abidjan, le Président Directeur Général de Tata International, Noël Tata a indiqué être venu exprimer l’ambition de son entreprise de renforcer et d’agrandir ses activités en Côte d’Ivoire. 

« Nous sommes venus rencontrer le Premier Ministre pour lui exprimer notre volonté de renforcer notre coopération avec le gouvernement ivoirien, à travers la SOTRA. Nous sommes satisfaits de nos relations, et voulons renouveler notre engagement avec l’entreprise », a dit Tata.

Outre le renforcement du parc automobile de la Société de Transport Abidjanais (SOTRA), Tata Motors ambitionne également d’accompagner le gouvernement dans le renouvellement du parc auto de façon générale.

Le ministre des Transports Amadou Koné a remercié les responsables du Groupe Tata, dont les actions ont permis, il y a deux ans, de relancer la SOTRA, avec l’acquisition de 500 nouveaux autobus. Il a aussi rappelé qu’une équipe de Tata Motors intervient dans la formation, en renforçant les capacités du personnel de la SOTRA, pour la maintenance des autobus.

Au-delà du montage et de l’assemblage des véhicules, l’objectif est de parvenir très rapidement, selon Amadou Koné, à une industrialisation totale dans la production de véhicules en Côte d’Ivoire.

Tata Motors est la plus importante compagnie indienne de fabrication de véhicules personnels et commerciaux.

En savoir plus...

BOUAFLE / Un camion de transport en commun, prend feu en pleine circulation

Vendredi 04 Septembre 2019, un camion de transport en commun communément appelé ‘’ Massa ‘’ a pris feu sur l’axe Blanfla-Konéfla, à 22 km de Bouaflé, en partance pour Siétinfla, entraînant de graves perturbations de la circulation, comme le 11 avril dernier, lorsqu’un poids lourd avait complètement paralysé le réseau routier du bassin Konéfla.

Cette fois-ci, c’est plus au Sud, en à mont d'une colline, que la perturbation s’est produite. Dans la matinée, cet incendie a conduit le chauffeur du camion à s’arrêter  d'urgence afin de permettre  aux passagers à bord de descendre  et sans pouvoir sauver leurs bagages et marchandises, laissant le feu seul finir ses dégâts matériels sous leurs yeux. Même s’il n’y a pas eu de perte en vie humaine, les causes du sinistre restent, pour le moment, inconnues.

« Il n’y a pas de perte en vie humaine mais les dégâts sont énormes, puisque nous avons tout perdu. Le reste, c’est l’enquête de la gendarmerie qui le déterminera », s’est contenté de dire Bamba Mariam,  commerçante.

 Une correspondance particulière

En savoir plus...

Voici les symptômes de la varicelle

Qu'est ce que la Varicelle

Il s'agit d'une maladie éruptive très fréquente. Elle est causée par le virus de la varicelle-zona (VZV de son petit nom). Il s'agit d'un micro-organisme faisant partie de la famille des Herpesviridae et qui n'est présent que chez l'Homme. Également appelé HHV-3, il se transmet facilement d'un individu à l'autre, en général par contact direct avec les lésions des personnes malades, mais aussi par voie aérienne si ces dernières toussent ou éternuent

Après la contamination, le micro-organisme se réfugie dans le système respiratoire avant de se multiplier au niveau des ganglions lymphatiques durant plusieurs jours. Les particules virales ainsi créées migrent alors dans le sang pour rejoindre la peau. C'est à ce moment que les symptômes de la varicelle et notamment les boutons apparaissent. 

Les personnes les plus touchées sont les enfants de 1 à 4 ans. Ils représentent en effet 58 % des cas. Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives face à cette épidémie, car l'infection peut toucher le fœtus et provoquer des malformations neurologiques graves.

Quels sont les symptômes ?

Parmi les symptômes, on peut retrouver de la fièvre, un nez qui coule et une grande fatigue. Certains enfants peuvent être concernés par des symptômes grippaux : des maux de gorge, de la fièvre, un manque d'appétit et des douleurs au niveau des articulations ou des muscles.

Ces symptômes sont évidements très généralistes et sont liées à de nombreuses maladies enfantines, le premier symptôme de la varicelle reste les boutons. Mais à quoi ressemblent-ils ?

À quoi ressemble un bouton de varicelle ?

Les boutons de varicelle sont de petites cloques, encerclés d'un cercle rouge, ils sont entre 2 et 3 millimètres et s'assèchent en quelques jours pour laisser places à des croutes, puis une semaine plus tard, une cicatrice (qui finira par disparaître). Ils apparaissent en général sur la tête et le haut du corps avant de s'étendre sur l'ensemble la peau.

Côté transmission : un cas de varicelle déclarée dans votre entourage et votre enfant a toutes les chances d'y avoir droit lui aussi… Pas d'affolement. Dans la plupart des cas, la varicelle est une maladie bénigne qui guérit en 10 à 12 jours.  

En savoir plus...

Autonomisation des femmes / le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly lance un projet dans le Cavally

Lors de sa visite de travail dans les Régions du Cavally et du Guémon, le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a lancé le vendredi 4 octobre 2019 à Guiglo, un projet d’autonomisation des femmes du Cavally. Le projet porte essentiellement sur le secteur agricole.

A cette occasion, le Chef du gouvernement a rappelé que l’autonomisation des femmes fait partie des axes majeurs du Programme Social du Gouvernement 2019-2020.

Selon Amadou Gon Coulibaly, cette autonomisation est importante, en raison du rôle qu’une femme autonome peut jouer dans le bien-être et l’amélioration des conditions de vie de la famille, notamment dans l’éducation des enfants.

« L’ autonomisation des femmes est quelque chose d’une grande importance. Tout le monde sait la contribution inestimable que peuvent apporter les femmes ayant un revenu, tant au niveau de l’éducation des enfants que dans le soutien général à la famille », a déclaré le Chef du gouvernement.

Il a indiqué que c’est au regard de cela qu’un Secrétariat d’Etat a été dédié à cette problématique au sein de la nouvelle équipe gouvernementale.

Pour la présidente du Conseil régional du Cavally, Anne Désirée Ouloto, ce projet pilote, d’un coût de 90 millions de FCFA, est un soutien au dynamisme des femmes du Cavally qui en avaient besoin pour faire plus.

Ainsi, des tracteurs, moto-pompes, pulvérisateurs, brouettes, équipements de production d’attiéké et autres matériels devant servir à réduire la pénibilité du travail leur ont été fournis.

La vulgarisation du projet, au terme de la phase pilote, devrait permettre de doter chaque village de la Région d’une coopérative de femmes exploitant au moins trois (3) hectares de produits vivriers, notamment le manioc. 
 
INFOS CICG
 
 
 
En savoir plus...

Santé communautaire / Les ESCOM réclament près de 3 milliards de FCFA à l’Etat et 4 mois de salaires impayés

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, datée du 3 octobre 2019, M. Gui Sylvanne, président de la coordination des onze (11) Etablissements Sanitaires Communautaires (ESCOM) de la commune Yopougon porte à sa connaissance, le mauvais traitement dont les structures sanitaires et les agents sont victimes. ‘’La gratuité a engendré d’énormes manques à gagner pour nos structures sanitaires. En compensation, le ministère de la Santé et le ministère de l’Economie et des Finances ont décidé de reverser les redevances aux ESCOM, en prenant en compte les salaires des agents contractuels sous forme d’avance sur lesdites redevances. Malheureusement cette mesure que nous avons saluée est devenue très rapidement un cauchemar. Le paiement des salaires se fait avec une irrégularité acerbe’’, explique-t-il, au nom de ses pairs Pca des ESCOM. Pour soutenir ses propos, M. Gui Sylvanne affirme ‘’qu’en cette période de rentrée scolaire 2019-2020, les agents des ESCOM comptabilisent quatre (4) mois d’arriérés de salaire (juin, juillet, août et septembre)’’. Il s’indigne également du fait que le reste des redevances que l’Etat leur doit s’élève à deux milliards huit cent millions (2. 800.000.000) de francs CFA. Selon lui, cette situation ne leur permet pas de renouveler les plateaux techniques très usés. ‘’Voici donc la triste réalité que vivent les ESCOM depuis l’avènement de la gratuité. Je voudrais bien que vous portiez un regard sur cette en vue d’une solution idoine et durable’’, plaide-t-il auprès du Chef de l’Etat. Car, poursuit-il ‘’vue l’importance de votre programme social ainsi que la politique de gratuité des soins qui font le bonheur de la population ivoirienne, il est urgent d’accompagner convenablement les ESCOM qui réalisent 70% des prestations de premiers contacts dans le District d’Abidjan’’.

Nina Coulibaly

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS