Sommet africain sur le climat : "La conscience écologique n’est pas qu’une affaire de pays riches"    Le roi Mohammed VI gracie Hajar Raissouni, la journaliste condamnée pour avortement illégal    La diaspora africaine, un nouvel État ?    Sommet africain sur le climat : "Au Tchad, on enregistre déjà 48°C à l’ombre"    Élections au Mozambique : le nouvel eldorado africain du gaz (3/3)    L'Égypte voit descendre dans la rue "les enfants de la révolution de 2011"    Élections au Mozambique : une campagne d'une violence inédite (2/3)    L'analyse de notre correspondant Karim Yahiaoui à Tunis    Élections au Mozambique : des ONG musulmanes au chevet de la population (1/3)    Présidentielle en Tunisie : l'austère Kaïs Saïed porté au sommet de l'État    Kaïs Saïed donné gagnant de la présidentielle tunisienne, revivez la soirée électorale    Sans enthousiasme, les Tunisiens votent pour la troisième fois en un mois    Présidentielle en Tunisie : un concours de cuisine incite les femmes des zones rurales à voter    Attaque meurtrière contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso

Filtrer les éléments par date : mercredi, 02 octobre 2019

Des signes qui montrent que quelqu'un ment

Vous voulez savoir si quelqu'un vous ment ? Le souci, c'est qu'on n'a pas tous un détecteur de mensonges sous la main ! Heureusement, il existe des astuces qui marchent pour savoir si quelqu'un vous ment. Ces techniques sont basées sur la communication non verbale.

Comment savoir si une personne est en train vous de mentir ?

Étape 1 : regardez ce que font ses mains

- Mains dans les poches = mensonge, angoisse

- Paumes ouvertes = sincérité

- Poings serrés = mensonge, angoisse, désaccord

Étape 2 : regardez le mouvement de ses yeux

Si la personne regarde vers la droite = sincérité

- Si elle regarde en haut à droite, elle est en train de visualiser une scène dans sa tête

- Si elle regarde complètement à droite, elle est train de penser à quelque chose qu'elle a entendue

- Si elle regarde en bas à droite, elle est en train de se parler à elle-même dans sa tête

Si la personne regarde vers la gauche = mensonge

- Si elle regarde en haut à gauche, elle est en train d'imaginer un mensonge visuellement dans sa tête

- Si elle regarde complètement à gauche, elle est train de construire un mensonge en même temps qu'elle parle

- Si elle regarde en bas à gauche, elle est train de penser à quelque chose qu'elle a faite par le passé

Si la personne vous regarde droit dans les yeux - Elle fait exprès de vous regarder droit dans les yeux pour avoir l'air sincère et ne pas montrer qu'elle est en train de vous mentir

- Si elle vous regarde avec des yeux éteints : la personne est en train de se remémorer quelque chose visuellement dans sa tête

Étape 3 : regardez comment elle se touche le visage

Une personne qui est en train de mentir est plus susceptible de se couvrir la bouche avec une main, ou encore de mettre ses 2 mains près de la bouche. C'est comme si elle essayait de cacher les mensonges qui en sortaient.

Si sa bouche semble figée ou si elle se pince les lèvres, cela indique que la personne est en état de stress.

Lorsqu'une personne ment, il y a plus de chances qu'elle se touche le nez que lorsqu'elle raconte la vérité. Pourquoi ? Car les mensonges provoquent des poussées d'adrénaline dans les capillaires, ce qui fait que le nez gratte.

- Se touche la bouche = mensonge, angoisse

- Se touche légèrement le menton = intérêt, sincérité

- Se touche le nez = mensonge, angoisse

Étape 4 : écoutez bien la façon dont elle parle

- Parle avec une voix aiguë

- A la voix qui tremble

- Bégaie en parlant

- Exagère les détails

- Donne beaucoup trop de détails

- Parle avec agressivité

- Parle trop vite ou trop lentement

- Évite de répondre aux questions

- Essaie de changer de sujet

- Répète les mêmes phrases

Étape 5 : regardez son langage corporel

- A la bougeotte = mensonge, angoisse, désaccord

- Se frotte la nuque = mensonge, angoisse, désaccord

- Croise les bras sur sa poitrine = mensonge, angoisse, désaccord

- Met la main sur la hanche = retenue, colère, sincérité

Lorsqu'une personne est en train de mentir, elle :

- Transpire plus que la normale

- A tendance à trembler

- A des rougeurs

- A du mal à déglutir

- A la gorge serrée

- Se racle la gorge

- Se penche en arrière

 

En savoir plus...

Programme de Visa Diversité (DV) 2021/ La période d' inscription et les conditions d'éligibilité fixées

L’Ambassade des Etats-Unis informe le public que l’inscription au programme de Visa Diversité (DV) 2021 est ouverte à partir du mercredi 02 octobre 2019 à 16h00 GMT et prendra fin le mardi 05 novembre 2019 à 16h00 GMT.  Le programme DV est une opportunité pour les candidats qualifiés de certains pays, y compris la Côte d’Ivoire, d’immigrer aux Etats-Unis. 

Cette année, pour la première fois, les personnes désireuses de participer au programme DV doivent posséder un passeport en cours de validité.  Le numéro du passeport, le pays d’émission ainsi que la date d’expiration doivent être précisés sur le formulaire d’inscription.  Cette exigence s’applique uniquement au demandeur principal et non aux personnes à charge. 

L’inscription au programme DV est gratuite et ouverte à toute personne née dans les pays éligibles dont la Côte d’Ivoire.  Il n'est pas nécessaire de payer pour faire une demande de participation dans le programme DV. Le seul paiement requis est le jour de votre entretien de visa à la section consulaire de l'Ambassade des États-Unis, si vous êtes sélectionné.

Les inscriptions se font électroniquement sur le site www.dvlottery.state.gov pendant la période d’inscription.  Il est à noter que la sélection ne garantit pas l’octroi automatique du visa.  Un officier consulaire doit vérifier que le candidat répond à toutes les conditions et qualifications d’admissibilité au regard de la loi de l’immigration américaine. 

La DV ne garantit aucun soutien financier d’hébergement et de frais scolaires pour les études universitaires aux Etats-Unis. Les candidats doivent prouver qu'ils seront en mesure de subvenir à leurs propres besoins aux États-Unis et ne deviendront pas une charge publique une fois qu'ils y résident.

Pour participer au programme DV, le candidat doit satisfaire à l’un des critères ci-après :

  • Seules les personnes nées dans des pays éligibles peuvent postuler au programme DV ;
  • Chaque candidat au programme DV doit satisfaire aux exigences en matière d’éducation et d’expérience professionnelle suivantes : 
  • avoir au moins un diplôme d’études secondaires (le baccalauréat) ou son équivalent correspondant à 12 années d’études élémentaires et secondaires couronnées de succès ;
  • ou deux années d’expérience de travail au cours des cinq dernières années dans une profession qui requiert au moins deux années de formation ou d’expérience.

Si vous ne répondez pas à ces deux conditions susmentionnées, nous vous déconseillons vivement de postuler au programme.

Au moment de l’inscription à la DV, vous devez inclure le nom et la photographie de votre conjoint si vous êtes légalement mariés et les noms et les photographies de tous les enfants de moins de 21 ans, même s’ils n’habitent pas avec vous ni ne voyagent pas avec vous. Si vous êtes sélectionné pour faire une demande de visa, n’ajoutez aucune personne qui n’est pas légalement votre conjoint ou votre enfant au dossier. Cela pourrait vous disqualifier et vous empêcher de vous rendre aux États-Unis. 

Nous vous conseillons vivement de remplir le formulaire d’inscription vous-même, sans avoir recours à un « consultant en visas », « agent des visas » ou autre facilitateur proposant de l’aide.  Au cas où vous sollicitez l’aide de quelqu’un, vous devez être présent lors du renseignement de votre formulaire pour fournir les réponses correctes aux questions tout en conservant la page de confirmation et votre numéro de confirmation unique.  Sans ces informations, vous ne pourrez pas accéder au système en ligne pour vérifier le statut de votre DV.  Une seule inscription par participant est autorisée.  Les personnes qui soumettront plus d’une inscription seront disqualifiées. 

Les candidats qui fournissent de fausses informations ou de faux documents peuvent être disqualifiés ou même empêcher de se rendre aux États-Unis. Évitez les consultants en visas qui demandent en retour le paiement de l'argent avec la promesse d’améliorer votre chance d’être sélectionné. Le Consulat américain ne travaille pas avec des consultants. Ne répondez à aucun courrier électronique dans lequel on vous demande de payer de l’argent afin de recevoir la confirmation de votre sélection. 

A partir du 5 mai 2020, vous pourrez vérifier le statut de votre DV sur le site www.dvlottery.state.gov en cliquant sur « Entrant Status Check » et en entrant votre numéro de confirmation unique et vos informations personnelles.  Le gouvernement des Etats-Unis ne va pas directement vous informer par email. Les renseignements sur les instructions pour la demande de visa et les frais seront disponibles sur le même site Internet.

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site www.dvlottery.state.gov

En savoir plus...

Programme social du gouvernement ivoirien / le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly dans le Cavally et le Guémon

Dans le cadre du Programme Social du Gouvernement 2019-2020, visant l’amélioration des conditions de vie des populations, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly effectuera, du 03 au 05 octobre 2019, une visite de travail dans les Régions du Cavally et du Guémon, à l'ouest de la Côte d’Ivoire.

Il s'agit pour Amadou Gon Coulibaly de s’imprégner de l’état d’avancement des projets initiés dans le cadre du renforcement de l’action sociale du gouvernement.

La première étape de la tournée le conduira à Guiglo, Blolequin et Toulepleu, dans le Cavally. Ensuite il se rendra à Duékoué, dans le Guémon.

A ces différentes étapes, le Chef du gouvernement procédera au lancement de travaux de plusieurs chantiers, notamment le Projet d’extension des réseaux électriques dans les villes de Guiglo et Duékoué. Il présidera aussi la cérémonie d’autonomisation des femmes du Cavally avant de donner le coup de pelle du démarrage du bitumage de la route Toulepleu-Zouan-Hounien.

Au cours de cette visite de travail, le Premier Ministre visitera également des travaux en cours de réalisation, tel que le chantier de la route Blolequin-Toulepleu.

 

Primature

En savoir plus...

Forum ouest africain sur le financement des engrais / Voici les recommandations

Dynamiser l'avenir du secteur des engrais tel était le terme du Forum ouest africain sur le financement des engrais organisé du 30 septembre au 1er octobre 2019, au siège de la Bad à Abidjan-Plateau,  par  l’Association Ouest africaine de l’engrais  (WAFA) présidée par Moussa Diabaté en collaboration avec la Banque Africaine de Développement (BAD). Durant deux jours de travaux  de ce Forum, le premier du genre qui a été clos par  le ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement durable, Kobenan Kouassi Adjoumani , acteurs et partenaires financiers ont  livré leurs recommandations pour sortir ce secteur des sentiers battus afin de lutter contre l’autosuffisance alimentaire et favoriser la sécurité alimentaire.     C’était en présence des ministres de l’agriculture  du Mali, de la Sierra Leone et du Liberia, de Martin Fregene, Directeur AHAI à Bad et du commissaire de la CEDEAO.  

Etat des lieux

Dressant l’état des lieux,  il  a été retenu, comme Pme à contrario de la définition classique qui prend en compte le chiffre d’affaire,  tous les  distributeurs qui peuvent au moins traiter environ  un camion  d’engrais soit 40 tonnes par tour. Lorsqu’on se positionne sur ce segment d’activité, il est apparu donc que cela concerne le secteur non organisé  étant entendu que le secteur organisé tel que  le coton est couvert par des grosses entreprises qui , elles, n’ont pas de difficultés de lever de fonds, de structurer  des financements. Partant de ces deux principes, après un tour d’expérience, il est apparu qu’il y avait des faiblesses de financement bancaire direct à cause de l’état financier qui était peu fiable  , des  surfaces financières faibles  ou des faibles niveaux unitaires de transaction ou de l’absence de garantie du  secteur d’activité peu ou pas très  connu par les banques ou vice versa des produits bancaires peu ou pas connus des distributeurs. De ce fait, des importateurs accordent des délais de paiement aux distributeurs dont certains réussissent  à obtenir des traites avalisées certains d’autres pas donc les grossistes importateurs sont en risque direct sur ce segment de distributeur.  Dans certains pays comme le Ghana, l’Etat subventionne le prix d’achat  à hauteur de 50%  sauf  que les opérateurs n’ont  pas de certitude quant à l’encaissement des 50%  donc le risque est entièrement porté par les importateurs .Au Togo, il a été noté des mécanismes de financement de bons de commandes avec intervention d’organismes étatiques qui facilitent les transactions.

Face à cet état des lieux, quels sont les  voies et moyens pour renforcer la sécurisation des financements  en direction des distributeurs, la réduction des coûts finaux pour les agriculteurs et  quel rôle pourrait jouer le Wafa dans le suivi et la facilitation des Transactions ?

Sur ces trois problématiques, il a été noté que des produits bancaires de financement étaient disponibles tels  que  les cautions, les financements de bons de commandes, les facilités de caisse,  éventuellement pour ceux qui ont ce  besoin des couvertures de change, de l’escompte  de  traite et même du crédit-bail pour les équipements pour les transporteurs et camionneurs.  Mais  l’accès à ces produits financiers  était très limité  du fait de  la faible sécurisation et des connaissances limitées de part et d’autre des banques et des opérateurs. Pour cela, un support est attendu de la part des institutions financières internationales comme la Bad  et éventuellement les organismes professionnels comme le Wafa. Aussi, il a été noté que certaines normes réglementaires au niveau de la Cedeao  pourraient avoir  un impact sur le renchérissement des coûts finals provenant des décisions prises au niveau du contrôle de poids à l’essieu. Le fait de réduire le volume transporté,   in fine accroit le coût  unitaire de l’engrais à la  livraison.

 Recommandations      

  Pour dynamiser ce secteur, il a été recommandé d’ider au renforcement des capacités  des banques pour mieux appréhender les problématiques du secteur (organiser des publications sectorielles régulières, des statistiques disponibles et actualisées pourraient aider les banques à mieux appréhender les enjeux et  mieux connaitre ce secteur d’activité).

Au niveau des distributeurs, il y a également une nécessité de renforcer les capacités en matière de gestion comptable financière et  de gestion de risque et  les aider dans la production d’état financier fiable et le montage de dossier de financement (les acteurs eux-mêmes peuvent s’organiser pour mettre en place des sessions de renforcement des capacités).

Au niveau de la sécurisation des financements bancaires, il a été recommandé que  pour accroitre les volumes de transaction,  des regroupements de commandes en vue d’alléger la mise en œuvre  des stocks management agrement. Il faut également promouvoir le  recours aux  instruments de partage de risque disponibles,  privilégier l’approche par des financements structurés qui impliquent tous les acteurs de la chaine de valeur qui se regrouperait  autour d’un Offtaker qui a pour rôle d’acquérir  la récolte produite avec la bonne utilisation de la semence et de l’engrais et qui assure la  vente et  garantit le débouclage de toutes les positions que chacune des parties  aura prises. Il faut aussi envisager  dans certains montages, le recours à l’assurance-crédit dans les pays où  il en existe et où il n’en existe pas,  encourager les assureurs à mettre en place les produits de ce type-là. L’Assurance-crédit pouvant profiter aux entreprises  qui font des  financements en direct ou des délais de paiements ou au profit  des banquiers qui distribuent des  produits de financement.  Etant donné que nous visons tous l’accroissement des récoltes à travers l’application  des engrais, il faut envisager des assurances- récoltes  afin de garantir la récolte à tout le monde. En addition, d’autres sûretés telles que les cessions de créances, les cautions solidaires des dirigeants et des  gages d’espèces  peuvent être envisagées. Des distributeurs ont des ristournes qui sont conservées chez les  importateurs. Ces ristournes peuvent constituer des garanties additionnelles.

 Pour la réduction des coûts finaux, il a été préconisé de réfléchir aux moyens  pour réduire les intermédiaires  de la filière .Dans ce sens, le recours aux solutions mobiles pour les paiements et  les encaissements  pourrait être une des voies de  solutions. Aussi, il faut réfléchir aux solutions logistiques qui pourraient favoriser la baisse du coût unitaire, à travers la réduction des tracasseries routières.

 Il faut noter qu’en marge de la cérémonie de clôture,  le Wafa et la CEDEAO ont signé un protocole d’accord. Nous y reviendrons.  

Patricia Lyse

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.           

 

En savoir plus...

Dr ANAMAN YABO NARCISSE, Premier vice-président de la JPDCI-URBAINE NATIONALE : « Restons concentrés sur l’objectif de 2020 »

Désormais membre du bureau politique du PDCI-RDA, ce député suppléant, premier vice-président de la Jpdci-Urbaine Nationale est le coordonnateur de la JPDCI-URBAINE d’Alépé. En prélude à un atelier de formation à l’intention des membres de sa coordination ce samedi 5 octobre, Dr Anaman Yabo Narcisse précise les objectifs de cette rencontre et ne manque surtout pas de décrypter l’actualité politique nationale. Il parle de la sanction du président National de la Jpdci Urbaine, Kouassi N’Dri Valentin et donne ses sentiments sur le meeting historique Pdci-Fpi du 14 septembre dernier. Il appelle à la mobilisation des militants du pdci-Rda le 19 octobre prochain à Yamoussoukro.

Comment avez-vous accueilli la suspension du président KOUASSI Valentin de toutes activités politiques nationales par les autorités en place ?

Je tiens à dire un grand merci au président HENRI KONAN BEDIE pour la confiance placée en ma personne en me nommant au bureau politique du PDCI-RDA. Merci au professeur Maurice Kakou GUIKAHUE et un merci spécial au Président KOUASSI N’DRI VALENTIN président national de la JPDCI-URBAINE, notre tourbillon National qui nous permet de nous engager à ses côtés. Grâces et bonheur nous accompagnent. Revenant à votre question, je dirais que c’est tout de même déplorable, nous l’avons vécu comme un coup de poignard à la démocratie, comme un recul démocratique, quelque chose d’inadmissible. Voyez-vous, nous sommes dans un état démocratique et nous avons des droits élémentaires. L’on ne peut interdire à un leader politique de surcroit un leader de jeunesse, fer de lance du fonctionnement d’un parti politique, d’avoir accès aux activités politiques, c’est quand même ahurissant et nous condamnons de telles attitudes qui ont pour seul et unique but d’intimider l’opposition et ternir l’image de la démocratie. Mais nous savons que les interprétations des lois que nous nous donnons ne sont pas les mêmes. Alors nous disons aux hommes de lois, de nous permettre de vivre davantage dans un état de droit et que cela ne doit pas être seulement théorique. Nous aurons bientôt des activités d’envergure et notre président Valentin KOUASSI sera parmi nous.

Depuis que Valentin KOUASSI a été suspendu, quel est l’état d’esprit de la Jpdci urbaine ?

Il faut dire que cela nous a révoltés, nous avons été peinés pour la Côte d’Ivoire, pour la démocratie pour laquelle nos parents se sont battus. Depuis Dimbokro en passant par Bassam, nos parents ont donné de leur vie, de leur poitrine et que cette démocratie soit piétinée dans ces droits les plus élémentaires, nous disons NON! Mais nous restons sereins, parce que la masse finit toujours par faire bouger la balance et la douleur provoque toujours une réaction.

Quel bilan en l’absence de Valentin ?

Un leader n’est jamais absent, un leader c’est aussi celui qui sait faire parler. La JPDCI Urbaine continue majestueusement sa marche afin de contribuer au retour du PDCI-RDA au pouvoir et nous avons envahi toutes nos coordinations sur le territoire national. Nous avons au début du mois d’AOUT 2019 été dans le BOUNKANI où nous avons parcouru les quatre départements de la région en plus de la commune de BONDOUKOU pour parler à nos militants et là j’étais le chef de la mission pour le compte de la JPDCI-URBAINE. Nous étions dans le GOH précisément à Gagnoa pour l’installation du nouveau coordonnateur ainsi que son bureau, nous étions aux côtés de la direction du parti lors des rencontres dans les différentes zones du PDCI-RDA, nous étions aussi sur le terrain pour la mobilisation de la rencontre tenue au PARC DES SPORTS de Treichville et actuellement nous préparons activement la Grande rencontre du PDCI-RDA le 19 octobre 2019 à YAMOUSSOUKRO. Les lignes bougent et nous enregistrons de plus en plus d’adhésions.

A Alépé, votre région, comment se porte le PDCI-RDA ?

Bien, bien et même très bien. Voyez vous Alépé fait partie des rares départements à avoir eu tous ces élus locaux issus du PDCI-RDA. Je profite pour saluer la mémoire du maire Abe Angou Martial et que son âme repose en paix. Je salue et félicite les quatre délégués PDCI-RDA du département d’Alépé avec un trait spécial au député d’Alépé Dr YAPI KOUADIO ISIDORE pour son soutien constant à la jeunesse. Nous multiplions les rencontres. Tous les délégués viennent d’achever des tournées de redynamisation et de restructuration de leur délégation conformément à l’orientation de la direction du parti et nous comptons bien maintenir cette zone aux mains du PDCI-RDA.

Après le meeting historique du PDCI-RDA et du FPI au Parc des sports de Treichville pensez-vous que les lignes ont véritablement bougé à Alépé où ces deux formations politiques se disputent le leadership ?

Nous commençons par féliciter le président Henri Konan Bédié qui en homme de vision et leader éclairé permet aujourd’hui aux filles et fils de la Côte d’Ivoire de se retrouver. Alépé, je ne vous apprends rien sûrement a été tagué de FPI. Mais nous le disons haut et fort, Alépé n’est rien d’autre que PDCI-RDA et FPI donc voyez par vous-même le bien que procure cette collaboration entre le PDCI-RDA et le FPI. Nous avons déjà mené des activités ensemble et nous poursuivrons selon les orientations données par la direction du parti.

Quel enseignement tirez-vous de la grand’ messe du 14 septembre ?

Au détour de cette rencontre historique, nous voyons que les ivoiriens ont soif de la réconciliation vraie et que main dans la main, PDCI-RDA et FPI permettront aux Ivoiriens de se retrouver et de se réconcilier.

Vous organiserez un atelier de formation de la JPDCI-RDA, le Samedi 05 octobre 2019 au siège du parti à Alépé. A quoi répond cette initiative à un an des élections ?

Que devons-nous retenir du thème de cette rencontre « la jeunesse du PDCI-RDA face au défi de 2020 ?» Qui va prendre part à cette formation et comment ? Oui effectivement cette rencontre qui est un atelier de formation répond à la parfaite organisation de la jeunesse pour assurer la victoire du PDCI-RDA à Alépé. En effet le thème : « la jeunesse du PDCI-RDA face aux défis de 2020 » sera amplement développé par trois conférenciers. Il va s’agir de situer le cadre organisationnel des élections en Côte d’Ivoire et faire une étude comparative entre ce qui devrait être démocratiquement et ce qui nous est servi. Ensuite, situer l’enjeu de ces élections à tous les niveaux et pour le PDCI-RDA et pour la Côte d’Ivoire puis, montrer les défis qu’il va falloir relever pour que ces élections soient transparentes. (…….) Il faut dire que cet atelier se tiendra ce samedi 05 octobre 2019 au siège du PDCI-RDA d’Alépé et y prendront part une centaine de jeunes militants du PDCI-RDA, présélectionnés. Ce sont les coordonnateurs, des chargés de l’encadrement de jeunes des sections et des comités de base.

Quels objectifs visez-vous au terme de cette rencontre ?

Il faut dire que l’objectif est unique, mieux s’organiser. Nous allons donc situer l’enjeu des élections de 2020, connaitre les défis liés à ces élections, adopter l’organisation parfaite à mettre en place face à ces élections de 2020 et comprendre le leadership.

Un message à la jeunesse de votre parti ?

Je voudrais dire à la jeunesse de mon parti de faire confiance au président Henri Konan Bédié, de faire confiance à la direction du parti et de savoir que nous sommes sur le bon chemin parce que s’ils sont allés jusqu'à interdire au président Valentin KOUASSI sa liberté d’expression, c’est que nous faisons bouger les lignes. Restons concentrés sur l’objectif de 2020, organisons nous davantage et préparons nous à nous faire identifier afin de ramener le PDCI-RDA au pouvoir pour le bonheur des Ivoiriens, pour une croissance à deux chiffres ressentis dans les ménages, pour un recul réel de la corruption, pour une réconciliation vraie et par une jeunesse plus épanouie et prospère sans chantage.Je demande à la jeunesse du PDCI-RDA de se mobiliser pour le grande rencontre du PDCI-RDA le 19 octobre 2019 à YAMOUSSOUKRO ( Place Jean Paul II).

Réalisée par Etienne Atta avec L’HERITAGE

En savoir plus...

Passation de charges à la CEI/ COULIBALY-KUIBIERT Ibrahime a pris fonction

COULIBALY-KUIBIERT Ibrahime, nouveau Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), a pris les rênes de l’Institution, ce mardi 02 octobre 2019 au siège de la CEI, lors d’une cérémonie de passation de charges avec son prédécesseur Youssouf Bakayoko. A cette occasion, il a rendu un vibrant hommage à ce dernier. « M. le Président, lors de mon dernier passage ici en tant que commissaire en 2011, alors que tout le monde craignait Yopougon, vous m’avez désigné pour y superviser les élections, a-t-il témoigné. Vous m’avez rassuré que tout se passera bien et tout s’est bien passé ». Il a ensuite ajouté que le Présidant Bakayoko est « un homme devoir ». « Nous viendrons régulièrement nous abreuver à votre source d’expérience », a insisté le Président COULIBALY-KUIBIERT. Pour part, le Président Youssouf Bakayoko a fait un bilan succinct de son passage à la tête de la CEI. « La "moisson", si vous me permettez d’utiliser cette expression, a été abondante et notre Commission Centrale peut s’en enorgueillir, à juste titre, a-t-il affirmé. Elle peut même en tirer satisfaction et fierté, et ce d’autant plus que tous les observateurs internationaux et nationaux crédibles de la conduite des processus électoraux dans notre pays ont été unanimes pour saluer la bonne réalisation des opérations menées par notre Institution et la transparence des scrutins qu’elle a eu à organiser ». Il n’a toutefois pas omis de noter que les embûches ont été nombreuses. « Je voudrais relever une des plus préoccupantes dans la conduite de nos missions, a indiqué Youssouf Bakayoko. Il s’agit de la tendance sinon de l’inclination au non de respect des règles du "jeu démocratique" par une certaine frange des chapelles politiques ». Pour lui, « le respect, par tous, du Droit et de la Loi » est extrêmement important. « Il importe donc, Monsieur le Président, que la CEI amplifie, de concert avec les Autorités étatiques compétentes et les Organisations de la Société Civile, ses actions de sensibilisation de notre classe politique et de nos populations, à la conscience citoyenne, à la promotion de nos lois électorales, c’est à dire au respect strict des règles du jeu démocratique ».

Sercom

En savoir plus...

S’Endormir Rapidement / Voici 3 Gestes Miracles Pour Vous.

Bien dormir, c’est la base de mon équilibre. Il suffit d’une mauvaise nuit et ma journée est gâchée ! Pour éviter ça, j’ai mis en place un véritable rituel avant d’aller me coucher. Eh oui comme pour les bébés. Et ça marche ! Vous aussi, vous avez envie d’une nuit sereine et réparatrice ? Alors découvrez 3 rituels magiques pour vous endormir rapidement chaque soir :

1. Un peu d'eau froide

C’est la plus bizarre de mes astuces ! Pour être détendu avant d’aller vous coucher, faites couler un filet d’eau froide le long de votre colonne vertébrale pendant 2 min. Pourquoi ça marche ? Quand vous dormez, votre corps fonctionne au ralenti et votre température descend légèrement. L’eau froide a un effet vasoconstricteur sur votre corps. Elle fait légèrement baisser la température de votre corps et le prépare ainsi au sommeil.

2. Provoquez le black-out

Pour être apaisée avant d’aller au lit, j’éteins tous mes écrans 20 minutes avant de me coucher. Télévision, smartphone, tablette, jeux vidéo, musique… Les appareils électriques ont le don de stimuler notre cerveau et de stresser notre organisme. Notre corps est alors incapable de s’endormir. Alors place à la lecture ! Pourquoi ça marche ? C’est prouvé scientifiquement : la lumière bleue dégagée par les écrans numériques perturbe la production d’une hormone clé dans le sommeil, la mélatonine. Et c’est elle qui nous aide à bien dormir. Si le corps ne produit pas de mélatonine en assez grande quantité, on dort mal.

3. Dans le noir complet

Pour bien dormir, j’éteins toutes les lumières et veilleuses d’appareil et je ferme les volets pour me retrouver dans le noir complet. Pourquoi ça marche ? La présence d’une lumière dans la chambre arrête la sécrétion de la mélatonine. Si on laisse de la lumière dans la pièce, c’est comme si disait à notre cerveau que c’est l’heure de se lever. Il stoppe la production de mélatonine et par conséquent, on se réveille.

Le truc de grand-mère en plus

Ça, c’est un truc de ma grand-mère. Elle me disait toujours que pour bien dormir il fallait mettre un carré de soie violet sous son oreiller. Personnellement, j’ai opté pour une taie d’oreiller en soie. C’est tellement agréable que je m’endors aussitôt. En plus, il parait en plus que la soie retarde l’apparition des rides.

Source Katia

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS