Plus de 100 morts dans une attaque d'un village peul au Mali    Attaque meurtrière des Shebab contre deux ministères à Mogadiscio    Au Mozambique, "des enfants jetés dans les bras des travailleurs humanitaires"    Au cœur des manifestations, les Algériens affichent leur humour et leur créativité    En Algérie, un cinquième vendredi de manifestations pour faire plier le régime    Manifestations en Algérie : "Les soutiens de Bouteflika s'en vont petit à petit"    Après le 28 avril, Abdelaziz Bouteflika "sera un président anticonstitutionnel"    Le bilan du cyclone Idai s'élève à 242 morts au Mozambique    Au Mozambique, trois jours de deuil national après le passage du cyclone Idai    Martin Fayulu : "Félix Tshisekedi est la marionnette de Joseph Kabila"    Italie, Russie, Allemagne, Chine… l’Algérie en quête de soutiens à l’étranger    En Algérie, le FLN, soutien indéfectible du président Bouteflika, change de ton    L'Algérie dénonce un "faux compte Twitter" attribué à son vice-Premier ministre

Filtrer les éléments par date : samedi, 05 janvier 2019

15 choses à savoir sur le café

  1. Une légende raconte que c'est un berger éthiopien qui a été le premier à découvrir les vertus du café. Un jour, il a remarqué que ses chèvres devenaient agitées et "dansaient" quand elles mangeaient les fruits du caféier.
  2. Autrefois on mangeait le café. En effet, les tribus d'Afrique faisaient un mélange de fruits du caféier et de graisse pour former... des boules d’énergie comestibles.
  3. La montée de l’islam a beaucoup contribué à la diffusion et la popularité du café. En effet, la religion interdisait l'alcool, mais tolérait le café.
  4. Le café se cultive seulement dans la région que l'on appelle la "ceinture du café". Cette zone tropicale est située entre les tropiques du Cancer et du Capricorne.
  5. En 1675, le roi d'Angleterre a interdit toutes les maisons à café, sous prétexte que c'est là que se réunissaient ses conspirateurs pour comploter contre lui. Résultat, les maisons de café ont été considérées comme des rassemblements pour terroristes.
  6. L’Arabica a un goût doux et aromatique. Il représente 70% de la production mondiale de café.
  7. Le Robusta a un goût plus amer mais contient 50% plus de caféine que l'Arabica. Il représente les 30% restants de la production mondiale.
  8. Le café pousse sur des arbres. Et les caféiers peuvent atteindre presque 9 m de hauteur. Mais pour pouvoir les récolter plus facilement, ils sont taillés à environ 3 m.
  9. Le café est une graine à l'intérieur des cerises rouges du caféier.
  10. Le café est le 2e produit d’exportation dans le monde. Le 1er, c’est le pétrole. Apparemment, on aime bien acheter des trucs noirs tout dégoulinants...
  11. Les cerises de café sont cueillies, séchées puis décortiquées jusqu'à ce que l’on obtienne des graines vertes. Arrivés à destination, les grains de café vert sont torréfiés à environ 250ºC. Après quelques min, ils éclatent comme du pop-corn et doublent en volume. Encore quelques min de plus et les grains éclatent une seconde fois. Cette deuxième "explosion" signifie que le café est prêt.
  12. George Washington a inventé le café soluble. Mais non, pas le Président des États-Unis ! Il s'agit de L'AUTRE George Washington ! Le café instantané a été inventé en 1906 par George Washington, un homme d'affaires Belge qui vivait alors au Guatemela.
  13. Espresso [ès-prè-so] : le terme "espresso" ne réfère pas à la torréfaction, au mélange ou à la variété des grains de café. L'espresso est simplement une méthode de préparation où de l'eau chaude sous haute pression passe à travers du café finement moulu. Les différents types de cafés : Café au Lait : mousse de lait, plein de lait, espresso. Café Mocha : crème Chantilly, lait, chocolat fondu, espresso. Cappuccino : plein de mousse de lait, lait, espresso. Americano : eau, espresso. Café breve : mousse de lait, crème, espresso. Espresso : rien d’autre que du café pur et bien corsé.
  14. "L'americano" tire son nom des soldats américains de la Seconde Guerre mondiale qui commandaient leur café dilué dans de l’eau, car ils n’étaient pas habitués au goût corsé des espressos italiens.
  15. Quel est l'effet de la caféine sur le corps ? Dans votre cerveau, il y a une substance qui s'appelle l’adénosine, qui se lie uniquement à un certain type de récepteur. Et lorsque ces deux-là se rencontrent, ils vous donnent envie de dormir. Lorsque la caféine se pointe à la fête, elle se lie aux récepteurs, ce qui empêche l'adénosine de s'y attacher. Votre glande pituitaire apprend la nouvelle et se met en état d’alerte. Elle appelle la glande surrénale pour lui dire de produire de l'adrénaline. En parallèle, la caféine fait aussi augmenter vos niveaux de dopamine.

 

En savoir plus...

Pr Maurice Guikahué SE du Pdci-Rda en colère, crache ses vérités : ‘’Plateau, une anomalie grossière et une injustice grave

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Chers amis de la presse,

Militantes et Militants du PDCI-RDA :

C'est avec plaisir que nous vous retrouvons, en ce début de l’année 2019, pour échanger avec vous sur l’actualité politique et particulièrement sur la situation qui prévaut à la Mairie du Plateau. Je voudrais profiter de l’occasion qui m’est ainsi offerte pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2019. Recevez nos vœux de Santé, de Prospérité et de Paix. Mesdames et Messieurs Par la loi N° 78-07 du 9 janvier 1978, portant institution de communes de plein exercice en Côte-d'Ivoire, et ce dans le cadre de la démocratisation du Pays, le libre choix a été laissé aux collectivités d’élire leurs conseillers municipaux et à ces derniers, le pouvoir de désigner leur municipalité au cours de scrutins libres. Depuis bientôt 39 ans, la Côte d’Ivoire a fait un bond prodigieux en s’affranchissant de la gestion des Mairies par les Préfets alors même que nous étions sous le régime du Parti unique. En effet, comment comprendre que les résultats des élections des conseillers municipaux du Plateau, validés par la cour suprême, soient connus de toute la Côte d’Ivoire et de la communauté internationale et que les autorités piétinent la loi en refusant de procéder à leur installation ? De quoi s’agit-il? Par un Décret en date du 18 juillet 2018, le Président de la République a convoqué le collège électoral pour le renouvellement des conseils municipaux, le samedi 13 octobre 2018. C’est ainsi que des listes parrainées par des Partis politiques et celles conduites par des candidats Indépendants ont participé à cette compétition électorale. La commune du Plateau se trouve parmi les communes où des listes ont été parrainées par le PDCI-RDA. Les élections se sont déroulées. La liste du PDCI-RDA a été déclarée élue avec 60,57% de voix par la Commission Électorale Indépendante(CEI) qui a transmis les résultats provisoires à la Chambre administrative de la Cour Suprême, juge des élections locales, aux fins de la validation des résultats de ce scrutin. Au cours de cette période, une requête en annulation des résultats a été introduite à la Cour Suprême par Monsieur SEA Jean Honoré, membre de la liste concurrente parrainée par le RHDP. En son audience publique du 23 Novembre 2018, et par arrêt N°328, le juge du contentieux des élections locales s’est prononcé sur la régularité du scrutin au Plateau et validé l’élection de la liste PDCI-RDA, conduite par le Député OHOUO Jacques Gabriel. Reconnaissant la victoire de la liste de Monsieur OHOUO Jacques Gabriel, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a ordonné au Préfet d’Abidjan de procéder à l’installation du nouveau Conseil municipal du Plateau, le 13 décembre 2018. A la date indiquée, les conseillers municipaux se sont présentés à la Mairie du Plateau, lieu choisi par l’autorité. Mais cette installation a été reportée à une date ultérieure pour des raisons dites techniques. Alors que nous nous attendions à ce que l’autorité administrative fixe une nouvelle date pour l’installation du nouveau Conseil municipal du Plateau, l’on nous sert, sans aucune explication et avec mépris, un communiqué relatif à une Délégation Spéciale pour la Mairie du Plateau qui s’est installée le 2 janvier 2019. Nous nous retrouvons donc ce jour pour dénoncer cette situation anormale, illégale qui entraîne un net recul démocratique dans notre Pays, de 39 ans en arrière, par la gestion de la commune du Plateau, par un Préfet. Le PDCI-RDA s’indigne et s’insurge contre cette décision illégale, inique qui ruine tous les sacrifices consentis par les Ivoiriens pour l’avancée démocratique dans notre pays. En foulant aux pieds les dispositions des lois qui régissent le fonctionnement des collectivités locales, que cherche-t-on au Plateau ? Nous sommes choqués que le Ministre de l’intérieur, agissant pour le compte du gouvernement et placé sous l’autorité du Président de la République, refuse d’appliquer la décision rendue par la chambre administrative de la cour suprême ; à savoir procéder à l’installation du nouveau conseil municipal du Plateau, comme le préconise la loi sur les collectivités territoriales. Nous pouvons avoir des sensibilités politiques différentes mais le Président de la République est le Président de tous les Ivoiriens qu’il se doit de protéger et d’assister, sans discrimination. Dans son discours du 31 décembre 2018, le Président de la République a fait passer trois(3) messages : il a affirmé que la Côte d’Ivoire est une et indivisible, qu’il se soumet aux décisions de la Chambre administrative de la Cour Suprême et dit la fierté des Ivoiriens de présider le Conseil de sécurité de l’ONU. Alors comment comprendre que dans le même temps, l’on refuse d’installer un conseil municipal régulièrement élu et sans problème, et dont la victoire a été confirmée par une décision de la Chambre Administrative de la même Cour Suprême ? La Côte d’Ivoire, notre Pays mérite mieux que ce qui nous est servi actuellement. Dans cette affaire, les uns et les autres doivent se rendre à l’évidence qu’il ne s’agit pas d’un problème personnel de EHOUO Jacques Gabriel mais de l’installation d’un conseil municipal, émanation de la volonté des populations du Plateau. Le Président de la République, garant de la constitution et des libertés publiques en Côte d’Ivoire, ne saurait rester indifférent face à ce déni du droit et de la démocratie. C’est pourquoi, le PDCI-RDA, demande au Président de la République, garant de la Constitution et de l’application des lois, de protéger tous les ivoiriens quelles que soient leurs opinions politiques et de rendre justice aux nouveaux conseillers municipaux de la commune du Plateau. Le PDCI-RDA, par le message de fin d’année aux militants et aux Ivoiriens, de son Président, SEM Henri KONAN BEDIE, s’est engagé dans une dynamique de pardon des offenses et de réconciliation, gage de la Paix en Côte d’Ivoire pour la poursuite de son développement. Le PDCI-RDA, qui apporte son soutien franc et sans faille aux conseillers municipaux du Plateau, se réserve le droit d’utiliser tous les moyens démocratiques et légaux afin que justice leur soit faite. Le PDCI-RDA demande aux militantes et militants de ne pas céder aux provocations mais de rester sereins, vigilants, mobilisés et à l’écoute des mots d’ordre de la Direction du Parti.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Fait à Abidjan, le 4 janvier 2019

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE Secrétaire Exécutif du PDCI

En savoir plus...

Mairie du Plateau/ Délégation spéciale / Sita Coulibaly, présidente de l’Ufpdci Urbaine : « Nous dénonçons avec vigueur toutes les manœuvres orchestrées par le Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité »

Les femmes du Pdci-Rda sont montées, hier, au créneau pour dénoncer l’installation de délégation dans des communes dans lesquelles les candidats issus de leur parti ont pourtant remporté les élections. Par la voix de la présidente de l’Ufpdci urbaine, Mme Sita Coulibaly, les femmes du Pdci ont exigé le bouclage du cycle des élections dans la transparence totale dans toutes les autres communes.

Mesdames et Messieurs les journalistes

Je voudrais vous remercier d'être venus nombreux à cette rencontre qui nous donne l'occasion de nous prononcer sur l'actualité Je voudrais vous présenter mes Vœux les meilleurs en cette Nouvelle Année 2019 Mesdames et Messieurs les journalistes, l'actualité dans notre Pays est dominée ces jours-ci par la décision du Ministre de l'Intérieur et de la sécurité de placer sous tutelle des Communes par Délégation Spéciale, présidée par des préfets. Ce qui a déjà été fait depuis le 2 Janvier 2019 (Avant-hier). L'Union des femmes urbaines du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire face à cette situation non justifiée ne pouvait rester silencieuse, d'autant plus qu'il ya vice de procédure, sinon, une mauvaise application de la loi en la matière. En ce qui concerne la Mairie du Plateau, nous nous élevons avec la plus grande énergie pour exprimer notre désapprobation face à cette décision qui ne repose sur aucune loi. En effet, comme l'ont si bien expliqué les avocats du Maire EHOUO JACQUES GABRIEL, avant hier au cours d'une conférence de presse, ici même au siège du PDCI-RDA à COCODY, le cas du Plateau ne figure pas dans les hypothèses de la délégation spéciale. Car tout le monde sait qu'au Plateau, il y a eu une élection, il y a eu une liste qui a été déclarée vainqueur et cette liste est celle du PDCI-RDA conduite par le Maire EHOUO JACQUES GABRIEL. Une Victoire sans ambages. L'Ufpdci urbaine emboite ainsi le pas aux avocats du Maire EHOUO Jacques Gabriel pour dire que nous sommes dans une situation illégale et que cette délégation spéciale ne concerne pas la commune du Plateau. Aussi, nous prenons la communauté Internationale à témoin et encourageons le conseil des Avocats du Maire EHOUO JACQUES GABRIEL à user de tous les supports juridiques pour que force soit donnée à la loi et que le Maire EHOU.O JACQUES GABRIEL, élu à plus de 60% des suffrages de la population du Plateau, soit installé dans les plus meilleurs délais. Les populations et les usagers de la Mairie du Plateau ne devraient pas être confrontés à des actes nuls et de nul effet. La Cour Suprême, mi Décembre, en validant l'élection du Maire EHOUO venait donc de rétablir le respect de la loi. Mais une lecture différente est réalisée par l'installation unilatérale du préfet d'Abidjan sur acte du ministre de l'intérieur et de la sécurité. En ce qui concerne, les Communes de Port-Bouet et de Grand-Bassam, l'UFPDCI urbaine demande que les recours soient examinés dans le temps imparti comme le stipule la loi, afin qu'à PORT-BOUET le Maire EMMOU SYLVESTRE soit rétabli dans sa Victoire brillamment acquise à plus de 62% des suffrages exprimés par les populations de cette Commune. L'UFPDCI URBAINE exige la reprise des élections à GRAND-BASSAM, pour que la vérité des urnes soit effective. En tout état de cause, nous souhaitons que le cycle des élections soit également bouclé dans la transparence totale dans toutes les autres communes concernées sur le Territoire National. L'UNION DES FEMMES URBAINES DU PDCI-RDA, préoccupée par la dégradation de la situation sociopolitique de la Côte D'Ivoire a initié une tournée d'Information et de sensibilisations des femmes du PDCI-RDA dans les 13 Communes du district d'Abidjan, les 27 et 28 Janvier 2019. Les femmes du PDCI-RDA, éprises de PAIX et très sensibles à la fraternité entre les peuples de Côte d'Ivoire, constatent avec regret, que malgré toutes les actions des bonnes volontés au plan National et International, les élections du 13 Octobre 2018 ont abouti à la mise sous tutelle de nos Mairies. Du jamais vu en COTE D'IVOIRE Nous dénonçons avec vigueur toutes les manœuvres orchestrées par le Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité avec un abus de pouvoir. Alors, la cohésion sociale est mise en mal. C'est un véritable déni de DEMOCRATIE. Pour terminer, l'UNION DES FEMMES URBAINES DU PDCI-RDA lance un appel pressant à toutes les militantes de notre grand parti, parti d'avant garde à se Mobiliser et à se tenir en éveil.

MERCI DE VOTRE AIMABLE ATIENTION

Par Madame Sita Coulibaly Présidente UFPDCI URBAINE Nationale

En savoir plus...

N’Guessankro (Bongouanou)/ Le meurtrier de dame Kouamé Yah retrouvé mort

Les jeunes du village de N’guessankro n’ont pas voulu lâcher prise. Ils ont continué leur battue. Elle vient de porter ses fruits. Après avoir tiré à bout portant sur son épouse dans leur chambre conjugal, N’guetta Koua a pris la poutre d’escampette. Quatre jours après, le fugitif marquera un arrêt dans le campement de M.Akpangni Adjé. Le campement est à présent sans âme. Le maître des lieux et sa famille ont choisi de passer les fêtes de fin d’année au village. Cette aubaine va être saisie par N’guetta Koua pour y mettre fin à sa vie. Après avoir disposé des chaises dans la cuisine, il va se saisir d’une corde qui servait de séchoir. Puis, il monte et noue tranquillement cette corde à son cou. C’est dans un état de putréfaction avancée que les jeunes découvrent son corps le vendredi 4 janvier 2019 vers 8 heures. La chefferie ayant été saisie s’est référée à son tour à la gendarmerie. Samedi 5 janvier dernier, le corps a été enlevé puis, conduit au village au moyen d’un corbillard venu directement de Bongouanou. Pour rappel, la population de N’guessankro, dans le département de Bongouanou (Région du Moronou), n’a pas eu le temps de savourer paisiblement la Saint Sylvestre. Et pour cause, le lundi 31 décembre 2018 à 20h, au moment où chacun s’apprêtait pour la fête, une forte détonation a créé la débandade. Renseignements pris, le sieur N’guetta Koua âgé de 63 ans qui accusait depuis longtemps sa femme d’infidélité vient de l’abattre avec un fusil calibre 12. Dame Kouamé Yah née en 1970 et mère de 5 enfants, tous issus de son alliance avec son meurtrier époux, n’a pu survivre. Elle décédera des suites de sa blessure sur la route de l’hôpital, dans une mare de sang. La gendarmerie de Bongouanou a ouvert une enquête pour mieux cerner les contours de cette affaire macabre.

IN L’Héritage

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS