Égyptienne copte, elle défie la charia au nom de l'égalité homme/femme    Au Mali, une attaque jihadiste fait 24 morts dans les rangs de l'armée    "La lutte contre le terrorisme au Sahel est un échec, il est urgent de repenser la stratégie"    Édouard Philippe appelle à ne laisser "aucune chance" aux jihadistes au Sahel    Les élections algériennes, "c’est de la foutaise" pour Mohamed Kacimi    La France et le Sénégal renforcent leur lutte contre l'immigration irrégulière    Burkina Faso : une trentaine de morts après deux attaques dans le nord du pays    L'info en dessin : le canal de Suez a 150 ans    La campagne électorale pour la présidentielle est lancée en Algérie    Achille Mbembe : "Pour réparer le monde, il est important de regarder dans les archives africaines"    Algérie : nouvelles manifestations contre le "système", les journalistes en première ligne    Tunisie : le candidat d'Ennahda Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    Guinée : au moins un mort dans une nouvelle manifestation de masse de l'opposition    Libye : immersion dans la prison de Guernada, où sont détenus des jihadistes    Rached Ghannouchi, de l'opposant exilé au perchoir de l'Assemblée tunisienne

Editorial "du monde"

 

Editorial du « Monde ». On voulait croire que Donald Trump, candidat iconoclaste, bateleur et provocateur, mènerait une campagne plus mesurée et responsable, une fois la nomination du Parti républicain décrochée en juillet 2016. Il n’en a rien été. On a ensuite imaginé que, président élu, conscient de la charge qu’imposait la période de transition, il abandonnerait les attaques personnelles et les Tweet comminatoires. Il n’en a rien été.

On se prit donc à espérer que, le jour de l’investiture, lorsqu’il aurait prêté serment sur la Bible devant le président de la Cour suprême, suivant le rituel protocolaire qui se déroule tous les quatre ans à Washington, Donald Trump deviendrait enfin président et prononcerait le discours que, sous des formes diverses, ses prédécesseurs ont tous prononcé : du 45e président des Etats-Unis, on attendait un appel au rassemblement, une vision porteuse d’espoir, un message positif susceptible de panser les blessures d’une campagne électorale d’une rare violence. Il n’en a rien été.

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut