Israël ouvre une ambassade au Rwanda, allié stratégique de l'État hébreu    Présidentielle au Nigeria : les électeurs appelés aux urnes dans un climat de tensions    Au Soudan, Omar el-Béchir déclare l'état d'urgence et limoge le gouvernement    Plusieurs milliers de personnes manifestent à Alger contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika    Le ministère français des armées annonce avoir tué l'un des chefs d'Aqmi    À Paris, la diaspora sénégalaise se prépare à la présidentielle    Au Sénégal, l'influence des confréries musulmanes sur la présidentielle (4/5)    Au Sénégal, l'opposition peine à exister (3/5)    En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne pense plus qu’à la présidentielle de 2020    Présidentielle au Sénégal : les candidats tentent de conquérir les internautes    En Ouganda, le président Yoweri Museveni en lice pour un sixième mandat    Au Sénégal, la jeunesse face à la montée d'un islam plus radical (2/5)    Deux policiers égyptiens tués dans une explosion au Caire    Au Sénégal, l’incompréhensible positionnement d’Abdoulaye Wade    En images : des Algériens dans la rue pour protester contre un 5e mandat de Bouteflika

Les bienfaits du yaourt

Les bienfaits du yaourt

Et si les yaourts pouvaient agir comme des médicaments pour prévenir certaines maladies ? C'est la conclusion d'une étude de chercheurs américains de l'Université de Madison dans le Wisconsin, qui se sont aperçus que manger un yaourt pauvre en matières grasses juste avant de manger un plat frit à 900 calories pouvait permettre d'empêcher les molécules inflammatoires d'entrer dans le sang.

L'inflammation chronique, qui pousse le corps à s'auto-agresser, est liée à de nombreuses maladies comme l'arthrose, l'asthme, l'obésité ou les maladies cardiovasculaires, entre autres. Pour son étude, l'équipe a donc étudié 120 participantes, des femmes, la moitié obèse, l'autre moitié non-obèse.

Chaque groupe était ensuite séparé en deux, la moitié devait manger un yaourt pauvre en matières grasses tous les jours pendant 9 semaines et l'autre moitié devait manger un pudding non-lacté. Des analyses sanguines réalisées pendant la période d'essai ont montrer des améliorations significatives des marqueurs inflammatoires pour le groupe qui consommait des yaourt. Autrement dit, le yaourt protège le corps !

« Nous avons vu un effet immédiat, qui a duré pendant 9 mois, et notre hypothèse est que ça s'améliore avec le temps », a indiqué au Mail Online le Dr Brad Bolling, en charge de l'étude. La prochain étape, pour l'équipe, est de déterminer quels composants du yaourt permettent d'améliorer les marqueurs biologiques de ceux qui en mangent, et dans quelle mesure.

 

Dernière modification lesamedi, 19 mai 2018 17:07

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut