À l'Élysée, Haftar affirme que les conditions d'un cessez-le-feu en Libye ne sont pas réunies    En Centrafrique, le massacre de 26 civils menace l'accord de paix    Cyril Ramaphosa réélu président de la République en Afrique du Sud    RD Congo : Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un Premier ministre de consensus    Libye : les combats s’intensifient au sud de Tripoli, l'ONU redoute une "longue" guerre    Une religieuse franco-espagnole assassinée en Centrafrique    En Algérie, étudiants et enseignants dans la rue contre "un État militaire"    RD Congo : la dépouille d'Étienne Tshisekedi sera rapatriée à Kinshasa    Tunisie : l'expert de l'ONU arrêté pour "espionnage" remis en liberté provisoire    "La Guinée représente la première nationalité parmi les mineurs non accompagnés en France"    Les Malawites se rendent aux urnes sur fond de lutte contre la corruption    Au Soudan, les négociations sur la transition s'achèvent sans accord    République Démocratique du Congo : Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Premier ministre    Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé Premier ministre de la RD Congo    En Algérie, le chef de l'armée appelle au respect du calendrier de la présidentielle

Les bienfaits du yaourt

Les bienfaits du yaourt

Et si les yaourts pouvaient agir comme des médicaments pour prévenir certaines maladies ? C'est la conclusion d'une étude de chercheurs américains de l'Université de Madison dans le Wisconsin, qui se sont aperçus que manger un yaourt pauvre en matières grasses juste avant de manger un plat frit à 900 calories pouvait permettre d'empêcher les molécules inflammatoires d'entrer dans le sang.

L'inflammation chronique, qui pousse le corps à s'auto-agresser, est liée à de nombreuses maladies comme l'arthrose, l'asthme, l'obésité ou les maladies cardiovasculaires, entre autres. Pour son étude, l'équipe a donc étudié 120 participantes, des femmes, la moitié obèse, l'autre moitié non-obèse.

Chaque groupe était ensuite séparé en deux, la moitié devait manger un yaourt pauvre en matières grasses tous les jours pendant 9 semaines et l'autre moitié devait manger un pudding non-lacté. Des analyses sanguines réalisées pendant la période d'essai ont montrer des améliorations significatives des marqueurs inflammatoires pour le groupe qui consommait des yaourt. Autrement dit, le yaourt protège le corps !

« Nous avons vu un effet immédiat, qui a duré pendant 9 mois, et notre hypothèse est que ça s'améliore avec le temps », a indiqué au Mail Online le Dr Brad Bolling, en charge de l'étude. La prochain étape, pour l'équipe, est de déterminer quels composants du yaourt permettent d'améliorer les marqueurs biologiques de ceux qui en mangent, et dans quelle mesure.

 

Dernière modification lesamedi, 19 mai 2018 17:07

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut